Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

La rareté : la joie d’être propriétaire d’une race vulnérable

octobre 01, 2019
lOnsL8rfTOOlGO6jppav_IMG_3327-1.jpg
Être propriétaire d’une race en voie de disparitionpeut s’avérer une expérience incroyablement enrichissante. 

Comment faire du neuf avec du vieux? En tant que membre de la génération du millénaire, j’avoue que ce qu’on appelait autrefois usagé est aujourd’hui « vintage » et très tendance. Nous sommes aussi nombreux à « manger local », à adopter l’alimentation « de la fourche à la fourchette » et à utiliser l’énergie solaire, ce qui nous donne espoir pour un avenir durable.
 
Nous revendiquons ainsi nos racines dans différentes sphères de nos vies, et dans cette optique nous pourrions peut-être renouveler notre intérêt pour les races rares jadis populaires. DrRichard Meen disait : « Les chiens de race pure représentent le seul musée vivant du passage de l’homme sur la terre.» Tristement, certaines races ne sont plus de ce monde et ne pourront jamais nous raconter leurs nombreuses et diverses responsabilités en tant que partenaires de l’homme, car des douzaines de races reconnus par le CCC se trouvent dans un état vulnérable et seront éventuellement vouées à la disparition si nous ne les protégeons pas.

L’histoire et les traditions sont des sujets qui m’ont toujours été d’un grand intérêt, et l’idée de posséder une race rare me captivait. Enfant, j’ai partagé ma vie avec des épagneuls cocker américains, un épagneul springer anglais et un caniche moyen. Il va sans dire que les gens me demandaient très peu souvent d’identifier leurs races car ces chiens connaissent depuis des décennies une grande popularité au Canada.

Aujourd’hui adulte, je partage ma vie à Toronto avec un grand caniche. Measha avait cinq ans lorsque j’ai sérieusement envisagé ajouter un second chien au foyer. J’ai toujours aimé les caniches et je les aimerai toujours, mais les chiens courants et les terriers m’attiraient. Lors de l’événement Woofstock en 2016, j’aidais les personnes qui tenaient des tests Bon voisin canin et le Dandie Dinmont Terrier Club of Canada occupait le kiosque voisin. L’apparence unique du Dandie m’a toujours plu, mais à l’exception d’une rencontre dix années auparavant, je n’avais jamais eu l’occasion d’interagir avec cette race, et encore moins avec le grand nombre de Dandies que j’ai eu la chance de côtoyer ce jour-là.

DtSobbvlQIWy97mIH7ZG_Sealy.jpgJ’ai discuté avec la présidente du club qui est juge toutes races en plus d’être la deuxième génération à élever les terriers Dandie Dinmont. J’ai pu en apprendre davantage sur la race et sur les défis posés par le peu de sujets existants, puis nous avons échangé nos coordonnées. 

J’ai gardé le contact avec cette éleveuse au cours des trois années qui ont suivi. J’ai assisté à des festivals célébrant les races écossaises, aux séances de familiarisation avec les Dandies lors du Canadian Pet Expo, et à leur exposition de race spécifique à Paws Way. Plus tôt cette année, les planètes se sont alignées et le chiot qui m’était destiné est apparu. Je suis devenu propriétaire d’un Dandie, membre du club Dandie Dinmont, et porte-parole à temps plein prêt à éduquer tous et chacun sur cette race intéressante.

Pourquoi la rareté?

Différents facteurs ont causé la baisse de popularité de chaque race en voie de disparition. Souvent, c’est en raison du rôle pour lequel la race a été développée. Lorsque ce rôle a cessé d’exister, le nombre de chiens a diminué.

Prenons comme exemple le chien à loutre (otterhound). Comme l’indique le nom, ce membre du groupe des chiens courants était utilisé pour la chasse aux loutres, un sport autrefois populaire. Il était élevé pour poursuivre la loutre dans les cours d’eau, une tâche possible grâce à sa robe huileuse et ses pieds palmés. Le chien à loutre était déjà rare car les chasseurs le gardaient pour leur usage exclusif jusqu’à ce que la chasse aux loutres soit interdite en 1978. Leur rôle banni par la loi, les meutes se sont éparpillées, ce qui a permis à des individus de se les procurer et les introduire dans leurs foyers comme animaux de compagnie. Quelques-uns se sont retrouvés en Amérique du Nord, mais un très petit nombre a servi à des fins de reproduction. On estime que seulement quatre à sept portées de chiens à loutre naissent en Amérique du Nord chaque année.

En ce qui concerne le terrier Dandie Dinmont, la deuxième guerre mondiale est responsable de son déclin. Contrairement aux autres terriers tels le terrier écossais, le terrier blanc du West Highland et les fox terriers, les Dandies n’avaient pas encore été exportés vers d’autres continents lorsque la  guerre a été déclarée. Les denrées étant rationnées, les éleveurs ont dû éliminer plusieurs animaux et de nombreux Dandies sont disparus. Une fois la guerre terminée, la race n’a malheureusement pas connu un essor.

7WZSgNv3RbWO8iAhjUH6_iStock-821283050.jpg

Un déclin se produit parfois lorsque l’attention des gens se penche sur d’autres races. L’épagneul d’eau américain fut développé et gardé dans la région des Grands Lacs des États-Unis en tant que chien pouvant rapporter sur terre et à l’eau. Chasseur populaire de sauvagine, sa taille réduite lui permettait d’être transporté facilement dans une embarcation, mais il était suffisamment fort pour récupérer et rapporter les canards et les oies. Ses nombres ont diminué au début du 20esiècle lorsque la chasse est devenue une activité moins courante et les races plus grandes de chiens rapporteurs sont devenues plus populaires.

Acheter une race rare

Nous savons que plusieurs de nos chiens de race pure bien aimés sont en voie de disparition; il y a un plus grand nombre de pandas géants dans le monde que de terriers Skye! Si vous aidez une race vulnérable en la possédant, en l’aimant, en la défendant et en vantant ses qualités, vous êtes selon moi un véritable conservationniste. 

Trouver un éleveur est désormais facile grâce à l’internet et aux ressources comme la Puppy List du Club Canin Canadien. Effectuer une recherche en ligne pour un club de race ou consulter la page Facebook d’un tel club est une autre façon de contacter un éleveur. Lorsque l’éleveur aura décidé que sa race vous convient, votre nom sera probablement inscrit sur une liste d’attente car il se pourrait que des chiots ne soient pas immédiatement disponibles. L’éleveur vous tiendra au courant des futures portées et avec un peu de chance et beaucoup de patience, le jour viendra où vous rentrerez à la maison avec un chiot.

Devenir ambassadeur 

Être propriétaire d’une race rare signifie que vous en parlerez souvent et en tout lieu – à vos proches, à vos connaissances, aux voisins et aux étrangers curieux de savoir de quelle race il s’agit. Les gens ont tenté de deviner quelle était la race de mon Dandie avec des résultats parfois hilarants : est-ce un croisement lévrier irlandais bassett hound? Si mon voisin demandait 25 cents chaque fois que son pinscher allemand était identifié comme étant un bébé Doberman, il serait un homme riche!

Le propriétaire d’une race rare se doit de diffuser des informations sur sa race à tous les intéressés. Mon Dandie, Leroy, a ses propres cartes de visite -sans blague. Son éleveuse m’en a donné une série lorsque j’en ai pris possession et au début je trouvais cela un tantinet ridicule, mais elles ont été très utiles, à ce point que lors d’une visite récente je lui en ai demandé d’autres! La carte a une image de la race, sa description et un lien vers la page d’accueil du club de la race. Au fait, je recommande ce type de carte à tous les propriétaires de races rares. Cela fait toujours rire les gens lorsque je les distribue, mais si on peut susciter un intérêt pour le Dandie de cette manière, il me fait grand plaisir de continuer à le faire.

S’amuser aux expositions

aw6aSjsvQ3Cv7K7d4GFB_skye.jpgCeux qui visent la gloire aux expositions de conformation prendront plaisir à concourir avec une race moins populaire. Allan Reznik, éleveur, auteur et juge explique l’attrait que présente une entrée dans l’enceinte accompagné d’une race rare. Les exposants, particulièrement les propriétaires-manieurs, peuvent éprouver de la difficulté à exhiber une race populaire, ou une race dont la vaste majorité de gagnants sont présentés par des manieurs professionnels. Pour ces individus, présenter le seul spécimen de sa race et faire partie du groupe automatiquement chaque jour peut être véritablement enthousiasmant. Si c’est le but, et si vous commencez à vous décourager lors des compétitions au niveau de la race, considérez une race minoritaire. Vous bénéficierez de plus de temps dans l’enceinte en plus de donner une visibilité à une race peu commune. À mon avis, c’est une situation gagnant-gagnant. » En ce qui me concerne, je suis entièrement en accord.
 
De magnifiques chiens sont en voie de disparition à un rythme alarmant. Posséder, aimer et promouvoir une race menacée sont des façons importantes de prévenir la disparition d’un témoin important de notre histoire.
 
 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

canada, CKC member, Ian Lynch canada, CKC member, Ian Lynch

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is eight = one ? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Octobre 2019 > La rareté : la joie d’être propriétaire d’une race vulnérable