Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

Media Contact

Personne-ressource pour les médias

Contact for Sponsors and Partnerships

Personne-ressource pour les commanditaires et partenariats

FAQ

Les chiens de guerre

novembre 11, 2019
SgDVatBSTQmdKxHOnsXS_iStock-1137448251-1.jpgEn souvenir des valeureux chiens qui ont travaillé dans les services militaires pour servir notre beau pays. 
 
Au Canada, nous observons tous les ans le jour du Souvenir le 11 novembre. Le 11e jour du 11e mois marquait la fin des combats de la Première Guerre mondiale, et chaque année les Canadiens se réunissent pour rendre hommage aux femmes et aux hommes courageux qui ont défendu notre pays. Nous observons un moment de silence pour commémorer ceux qui ont perdu la vie dans les guerres et prions pour ceux qui continuent de protéger notre beau pays, car c’est grâce à leurs énormes sacrifices que nous habitons dans un pays où règne la paix.
 
C’est avec autant d’amour et de fierté que les cynophiles du Canada reconnaissent le rôle joué par les chiens canadiens dans un cadre militaire au fil des ans. Les coquelicots rouges sont portés le jour du Souvenir comme symbole pour rendre hommage aux soldats morts dans les champs de bataille, et le coquelicot violet commémore les contributions et les sacrifices des animaux en temps de guerre.
 
De nombreuses races étaient chiens militaires pendant la Première Guerre mondiale, y compris les bergers allemands, les terriers Airedale, les Doberman pinschers, les grands caniches, les boxers, et d’autres encore. Ces races possédaient des caractéristiques communes qui incluaient un bon tempérament, une taille moyenne, une bonne acuité visuelle, un sens de l’odorat bien développé, des pattes solides et une poitrine profonde. 
 
Les chiens étaient âgés d’un à quatre ans et leur robe devait être noire, brun grisâtre ou grise. Les chiens blancs n’étaient pas considérés appropriés pour les tâches requises, tout comme les femelles en raison de leurs chaleurs qui pourraient s’avérer problématiques pour les autres chiens.
 
En temps de guerre, les chiens ont été utilisés pour une variété de rôles et cela continue aujourd’hui. En plus de remonter le moral des soldats en leur tenant compagnie, les chiens militaires de la Première Guerre mondiale ont servi notre pays et bien d’autres de plusieurs manières.

 fLMqlAdJTC6FNNIDfqCx_iStock-93050156-1.jpg
Chiens de garde
Au lieu d’aboyer, les chiens militaires grognaient doucement ou se tenaient au garde à vous, signalant ainsi que les soldats devaient être à l’affût de la présence d’ennemis. Pendant une patrouille, les chiens militaires détectaient la présence d’un ennemi humain ou chimique beaucoup plus rapidement que leurs manieurs grâce à leur odorat très fin.
 
Chiens messagers
La communication était souvent difficile dans les tranchées; les bombardements ennemis détruisaient les lignes téléphoniques et télégraphiques. Les chiens étaient des messagers idéaux car ils se déplaçaient rapidement et ils étaient des petites cibles. Le travail d’un chien messager n’était pas facile – il devait parcourir de longues distances et faire face à de nombreux obstacles : le feu, les trous d’obus, les rivières, les tranchées et les attaques au gaz.
 
Assistants médicaux
Les chiens assistants médicaux (aussi appelés « chiens ambulanciers », « chiens sanitaires », « chiens de la Croix Rouge » ou « chiens secouristes ») avaient les tâches les plus dangereuses du champ de bataille. Ils devaient trouver et assister les blessés qui se trouvaient hors des tranchées. Ces chiens portaient des trousses médicales aux soldats pour qu’ils puissent se traiter eux-mêmes s’ils en étaient capables. Ils ramenaient aussi le casque d’un soldat blessé aux infirmiers, puis dirigeaient les infirmiers vers les soldats blessés. Les chiens accompagnaient souvent les soldats sévèrement blessés qui n’avaient que quelques heures à vivre.
 
Chiens de détection
Durant une guerre, et cela continue tristement aujourd’hui, les explosifs dissimulés sur les personnes, dans les véhicules et sur le bord des routes constituent une grave menace. Les chiens détecteurs d’explosifs, en raison de leur sens de l’odorat exceptionnel, sont entraînés pour donner l’alerte lorsqu’ils reconnaissent l’odeur des produits chimiques utilisés dans les explosifs.
 
AVDFOgJ6QwKd251qp8OF_iStock-859451174-1.jpgDe nos jours, les chiens de service assistent les vétérans qui souffrent de maladies physiques et psychologiques y compris les troubles de stress post-traumatique. Ils deviennent rapidement des compagnons fidèles pour les anciens combattants et peuvent ramener une personne souffrante à la réalité, atténuant ainsi les flashbacks et les cauchemars. Ils sécurisent et calment les personnes en état d’hypervigilance car elles apprennent à se fier sur le chien pour détecter le danger, ce qui améliore la santé mentale et le sommeil. Ces chiens aident en outre à combattre l’isolement et la dépression. 
 
Ce jour du Souvenir, et tous ceux qui suivront, rappelons-nous ces millions de femmes et d’hommes qui ont donné leur vie au nom de notre pays, et n’oublions pas les milliers de chiens intrépides qui ont aussi servi notre nation. 
 
Références
The Role of Animals in World War I, Orange City Council. Extrait de : http://www.centenaryww1orange.com.au/stories/the-role-of-animals-in-world-war-i/
Uses of Military Dogs in World War I, Family Search. Extrait de : https://www.familysearch.org/blog/en/military-dogs-world-war/
Famous Dogs in History. Retrieved from: https://dogs-in-history.blogspot.com/2016/03/satan-world-war-i-messenger-dog-hero_27.html
War Dogs of First World War (WWI, First Great European War) 1914-1918, Chaz, Owlcation. Extrait de :  https://owlcation.com/humanities/War-Dogs-of-WWI-First-Great-European-War-World-War-One-1914-1918
 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.


Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
 Security code

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Novembre 2019 > Les chiens de guerre