Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

Ils ont du flair! Teresa Zuberg, juge du CCC, et l’univers de la détection d’odeurs

décembre 02, 2019
angus-and-teresa-cropped.jpg
Photo: Teresa Zuberg et Angus
Nous sommes tous conscients de l’extraordinaire odorat d'un chien, mis en évidence lorsqu’ils accourent à toute vitesse des quatre coins de la maison pour quémander de la nourriture. Mais saviez-vous que le nez d’un chien peut détecter les bactéries? Un article récent nous a fait connaître un épagneul springer anglais nommé Angus qui démontrait à quel point le sens de l’odorat d’un chien est développé.

Angus est un chien détecteur d’odeurs professionnel au centre Vancouver Costal Health, entraîné pour identifier l’odeur du Clostridium difficile, un type de bactérie potentiellement mortelle. En utilisant son sens de l’odorat, Angus peut alerter son manieur sur la présence de la bactérie, permettant ainsi à une équipe spécialisée d'assainir l'environnement et d’empêcher les patients et les employés d’être infectés.

Angus n'est qu'un exemple de l’utilisation de la détection d’odeurs dans un milieu du travail. Le sport du travail de flair est aussi une façon de tisser des liens avec son chien tout en lui offrant un autre type d’exercice. Le CCC a eu l’occasion d’avoir un entretien avec Teresa Zuberg, manieuse d’Angus, membre du CCC et juge des concours de travail de flair pour discuter de tout ce que comporte la détection d’odeurs, y compris comment s’impliquer!

Qu'est-ce qui vous a attiré dans le sport de travail de flair ?

Lorsque j’ai quitté les Forces armées canadiennes en 2010, je me suis mise à manier des chiens pour la détection d’explosifs et de stupéfiants et je travaillais avec les bergers allemands et les malinois (une variété de berger belge). C’est à ce moment que je me suis intéressée au sport de travail de flair. J’ai toujours travaillé avec des grandes races, alors je m’imaginais difficilement ce que d’autres races pouvaient accomplir dans ce domaine. J’ai décidé de suivre des cours avec mon propre chien, Java et j’ai trouvé très agréable le fait d’être avec des individus qui partageaient ma passion. Je me suis ensuite mise à concourir avec Java et lorsque le CCC a commencé à tenir des concours de travail de flair, j’ai présenté une demande pour devenir juge.

Comment décririez-vous le travail avec un chien dans la détection d’odeurs?

Que vous pratiquiez la détection d’odeurs professionnellement ou tout simplement pour le sport, il faut devenir étudiant et le chien, entraîneur. J’ai appris à observer les changements de comportement de mon chien et à interpréter ce qu’il me laissait savoir sur son environnement. Il faut céder le contrôle aux chiens car ce sont eux les experts du flair! Le meilleur aspect de ce sport est que tous les chiens peuvent le pratiquer – peu importe l’âge, la race, la taille ou même le handicap! Un de mes meilleurs étudiants était un carlin souffrant de cécité.
Angus-searching_CRop-1.jpg
Quels sont les avantages pour les chiens qui participent au travail de flair?
 
Le travail de flair est une activité qui permet au chien d’utiliser à la fois le corps et l’esprit. Lorsqu’il recherche une odeur, sa respiration s’accélère et il se fatigue physiquement tout en étant stimulé en essayant de localiser l’odeur. C’est la raison pour laquelle même les chiens nerveux et craintifs réussissent dans cet événement; lorsqu’ils sont préoccupés à pister une senteur, ils oublient leurs angoisses.
 
Un avantage additionnel : vous n'avez pas besoin d'équipement encombrant pour le travail de flair. Si vous faites de longs trajets sur la route avec votre chien, rien de plus facile que de prendre une pause dans une aire de repos puis y cacher une gâterie et laisser le chien renifler pour quelques minutes. Les avantages du travail de flair sont en effet nombreux et variés!
 
Avez-vous des conseils pour quelqu'un qui veut commencer à entraîner un chien en travail de flair?
 
En premier lieu, observez le déroulement d’un concours ou d’une classe de travail de flair. Vous constaterez l’importance de connaître à fond les subtilités du tempérament du chien et les compétences de base qu’il doit acquérir. Vous aurez aussi l’occasion de poser des questions aux autres participants et aux juges. Deuxièmement, je recommande fortement que vous suiviez vous-même un cours avec votre compagnon. Les classes sont très divertissantes et vous apprendrez à mieux connaître le chien et voir la manière dont les autres chiens réagissent aux odeurs. De plus, vous découvrirez les aptitudes requises pour réussir. Par exemple, savoir manipuler la laisse est d’une grande importance car on ne doit pas influencer le chien ni contrôler la recherche. Astuce amusante – pendant l’entraînement, j’ai pu constater que les chiens ne peuvent résister aux petites boulettes de viandes qu’on trouve en épicerie!
 
D'après votre expérience, quelles sont les caractéristiques qui font qu’un chien est plus apte à réussir en travail de flair pour le plaisir du sport plutôt que comme « profession »?
 
En ce qui concerne Angus, il doit travailler indépendamment de moi. Il est capable de m’ignorer et prendre l'initiative de me montrer où se trouve l’odeur. Il travaille dans des environnements stressants et chaotiques où les recherches peuvent durer jusqu’à 40 minutes et inclure de nombreuses distractions. Par conséquent, il doit posséder un instinct de chasse élevé et être entrainé à ne pas déceler d’autres types d’odeurs. Tout cela rend notre quotidien un peu plus compliqué car il est en état d’alerte 24 heures sur 24.

Lorsqu’il s’agit des chiens de compagnie, ils ne cherchent qu’à sortir et à plaire. J’adore lorsqu’un chien travaille pour trouver une odeur difficile. Il vous regarde tout excité lorsqu’il la trouve et est tout à fait ravi lorsque vous le récompensez avec un jouet, une gâterie, ou des éloges bien méritées.

Quand avez-vous réalisé pour la première fois qu’Angus ferait un excellent chien de détection d’odeurs professionnel? Y a-t-il une caractéristique particulière à la race épagneul springer qui la rend plus susceptible à réussir dans ce domaine?

Lors du choix d’un chien qui fait ce travail dans un cadre professionnel, je recherche des sujets génétiquement élevés pour la chasse car ils sont doués pour ce type de travail et peuvent se concentrer pour de longues périodes. Autre qu’un instinct pour la chasse, l’épagneul springer est un chien d’apparence assez docile, ce qui n’intimide pas les gens. On associe leurs oreilles douces et duveteuses à des chiens sympathiques qui ne font pas peur, ce qui les rend aptes à se promener dans un hôpital et parmi le public. Il faut savoir toutefois que ces chiens ne sont pas là pour jouer. Ils ont une tâche à accomplir. De plus, l’épagneul springer a la taille idéale pour se déplacer dans des environnements complexes tels l’unité des soins intensifs sans déranger les patients et l’équipement. Il importe que le chien puisse être suffisamment agile pour entrer et sortir des endroits facilement et en toute sécurité. Il arrive que certaines races, le retriever Labrador par exemple, soient de trop grande taille pour effectuer le travail de façon efficace et sécuritaire.

Qu’est-ce qui vous plait le plus du fait d’être juge de travail de flair?

J’aime voir les gens s’amuser avec leurs compagnons et j’aime observer les chiens de diverses races et d’âges différents qui ont toute une panoplie de talents et de compétences rechercher une odeur. Observer tous ces chiens m’aide à devenir une meilleure manieuse lorsque je travaille avec mes chiens professionnels. C’est pourquoi à la fin de chaque concours, je remercie tous les participants d’avoir partagé leurs chiens avec moi. Ils font en quelque sorte partie de l’équipe d’Angus.

Quelle est l'idée fausse que l'on se fait souvent en ce qui concerne le travail de flair?
Les gens ont tendance à « humaniser » le processus utilisé par le chien pour découvrir une odeur. Mais la manière dont travaille un chien pour trouver l’odeur diffère considérablement de la méthode que nous utiliserions. Par exemple, je peux apposer une gâterie sur un mur, la rendant très visible. Si vous demandez à Angus d’aller la chercher, vous constaterez qu’il utilise son nez et non ses yeux. Il faut se mettre dans l’esprit du chien lorsqu’on fait l’apprentissage de travail de flair.

Merci!
Nous remercions Teresa de nous avoir accordé cet entretien et d’avoir partagé ses expériences en travail de flair. Si vous souhaitez en savoir plus sur la façon de vous impliquer, consultez notre page sur le travail de flair.
 
Si vous avez une histoire amusante à raconter à propos d'une aventure avec votre chien, nous serions ravis de l'entendre! Veuillez nous contacter à information@ckc.ca, inscrire : À l’attention du Marketing et des Communications dans la ligne objet, et nous décrire brièvement le récit de ce que vous aimeriez soumettre.

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is three > than three? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Décembre 2019 > Ils ont du flair! Teresa Zuberg, juge du CCC, et l’univers de la détection d’odeurs