Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

Promouvoir une race rare

novembre 26, 2019
UOf4fsvQTsWCLKxJw6Ba_iStock-1130714167.jpgFaire connaître une race qui est magnifique mais vulnérable requiert les efforts de tous ses amateurs
 
Comment susciter l’intérêt des gens pour une race rare? Ceux d’entre nous qui tentons de mieux faire connaître nos races vulnérables se sont posé la question maintes et maintes fois. À mon avis, il n’existe pas qu’une seule et même façon de faire mousser l’intérêt pour une race. Un vieux dicton dit que si vous jetez assez de boue sur le mur, quelque chose va coller. J’ai l’impression que c’est ce qui se passe lorsque je fais un remue-méninge sur les façons d’accroître la visibilité d’une race rare.
 
Étant moi-même nouveau propriétaire d’une race rare, je fais de mon mieux pour promouvoir le terrier Dandie Dinmont. Lors de  mes promenades quotidiennes, quand  je me fais poser la question : « C’est quelle race? » je distribue des « cartes de visite Dandie Dinmont » qui contiennent un lien vers le club canadien de la race. Je publie des photos de Leroy dans les médias sociaux. Lors d’une parution sur l’émission matinale du réseau de télévision Global j’ai partagé des conseils sur les soins canins. Je crois fermement que tous ces petits gestes contribuent à promouvoir ma race. Je travaille dans l’industrie du divertissement, ce qui me donne un avantage quant aux divers moyens qui sont à ma disposition pour diffuser des informations, mais cela ne signifie pas que des plus petits gestes ne sont pas tout aussi importants. Pour citer une analogie que je privilégie, c’est un peu comme une boule fabriquée de papier aluminium. Chaque fois que vous présentez votre race, vous ajoutez une feuille à la boule et elle s’agrandit. Avez-vous emmené votre terrier Skye au centre- ville et demandé aux personnes rencontrées au hasard de deviner sa race? Étiez-vous accompagné de votre chien de Saint-Hubert lors d’une exposition et avez-vous dit aux gens sur place à quel point cette race est exceptionnelle? Est-ce que votre épagneul Clumber a eu l’occasion de chasser avec vous et d’impressionner vos compagnons de chasse avec son talent inné? Est-ce votre terrier de Manchester est une étoile d’agilité? Ce ne sont que quelques exemples des innombrables façons de promouvoir une race et d’agrandir votre « boule ».
 
Médias sociaux
 
Les médias sociaux  sont une excellente plateforme pour éduquer le public et publiciser une race. Affichez des photos de vos chiens sur Instagram, Twitter et Facebook et n’oubliez pas d’y inclure quelques mots qui permettront à vos abonnés de mieux connaître la race.
 
Si vous avez une page publique, un mot-clic peut s’avérer très utile. Un mot-clic utilise le symbole # qui précède le ou les mots menant à des conversations sur un thème ou un sujet spécifique. Ne vous limitez pas à un seul mot-clic, une série peut servir à initier des discussions où les gens posent des questions et interagissent. Quelques exemples de mots-clics : #otterhound #otterhounds #otterhoundsofinstagram #otterhoundsofig #otterhoundsrule. Les mots-clics servent aussi à vous connecter avec des personnes qui s’intéressent déjà à votre race, que ce soit au niveau local ou à l’échelle internationale. 
 
Les millénaires font leurs achats en grande partie sur les réseaux sociaux; utiliser ces plateformes comme catalogue pour une race est donc une astuce intéressante. Instagram a en quelque sorte remplacé les magazines, et c’est une façon de plus de faire savoir aux gens qui sont à la recherche d’un chiot qu’il existe de nombreuses races moins connues auxquelles ils n’auraient peut-être pas songé. Acceptez gentiment et avec courtoisie les compliments qu’on vous adresse au sujet de vos superbes chiens, et répondez patiemment aux questions qu’on vous pose car ceux qui les posent sont peut-être des acheteurs potentiels.

 RjFtGhaRfmGs6p7UsKAa_iStock-146836743.jpg

Correspondance et relations publiques
 
Lorsque vous êtes propriétaire d’une race qui risque d’être en voie de disparition, je suis d’avis que vous devez en parler souvent, en tout lieu et à tous et chacun. Vous seriez étonné de connaître le nombre de personnes qui m’arrêtent pour me demander quelle est la race du « petit » (car j’ai aussi un grand caniche). Je suis à ce jour surpris par la fréquence de cette question, tout particulièrement lorsque je promène mes chiens avant l’aube en raison de l’émission de radio matinale que j’anime, et que des individus baissent la fenêtre de leur voiture pour me le demander. Il m’arrive de penser : « Sérieusement? Il est 4 h 45! ». Mais je réponds toujours avec un sourire car on ne sait jamais; l’interlocuteur pourrait avoir un niveau d’intérêt très élevé.
 
Les éleveurs de races vulnérables doivent s’efforcer de toujours répondre aux demandes provenant des acheteurs potentiels. J’ai trop souvent entendu des propriétaires potentiels de chiots répéter qu’ils avaient tenté de joindre les éleveurs d’une race rare, mais qu’après deux, voire trois tentatives, ils n’avaient toujours pas reçu de réponse.
nVaGKDU1T1aQfGDuxVHL_iStock-106465613.jpg
 
Accroître la visibilité
 
Pour faire en sorte que votre race rare soit vue par le public, il faut savoir où trouver ce public et comment inclure votre chien. Le club Dandie Dinmont Terrier organise des séances de câlins (Dandie Cuddling Parlour) dans un kiosque lors des événements tels Pet Expo et les expositions canines. Cette idée fut conçue en 1984 lorsque le Metropoliltan Kennel Club a tenu une compétition de races dans des kiosques. Le club Dandie a demandé à ses membres de décorer leur kiosque avec des meubles afin de créer l’ambiance d’un salon familial pour mettre en évidence la nature calme du Dandie, en plus de permettre au public d’interagir avec la race et découvrir son charme. Le club a gagné la compétition et les visiteurs ont pu profiter d’une introduction à la race beaucoup plus mémorable que s’ils avaient tout simplement lu un livre ou consulté un site Web.
 
En 2008, de concert avec la première exposition de race spécifique tenue à PawsWay (qui, situé dans le quartier touristique de Harbourfront à Toronto, a attiré 5 000 visiteurs), la présidente du club a fait don d’un kiosque « pop-up » professionnel avec de superbes éléments graphiques, kiosque utilisé à chaque exposition depuis lors.
 
Les festivals culturels sont aussi un endroit idéal pour installer un kiosque et présenter votre race à un nouveau public. Est-ce que votre ville célèbre Octoberfest? Voilà le lieu par excellence pour le pinscher allemand.  Les terriers Dandie Dinmont se joignent entre autres aux lévriers écossais et aux terriers Skye chaque été lors d’un festival écossais. J’observe souvent les lévriers irlandais déambuler fièrement aux côtés de leurs propriétaires dans la parade célébrant Saint Patrick. Pourquoi ne pas y inclure les épagneuls d’eau irlandais et les terriers du Glen of Imaal? Il faut faire preuve de créativité!
 
LCQTexuTQK32C3OFf3Jh_Pet-expo.jpg

On récolte ce que l’on sème
 
Pour sauvegarder une race, je crois qu'il faut « planter des graines » et espérer que quelque chose de formidable poussera. Le Dandie Dinmont Terrier Club of Canada est conscient de l’importance de « planter des graines », au point où ils ont décidé d’en planter dans l’esprit et les cœurs des jeunes manieurs. Tenir une exposition pour jeunes manieurs avec des prix en argent pourrait attirer les gens qui s’intéressent aux races rares, et on a organisé une telle compétition pour jeunes manieurs au Pet Expo de Noël à Toronto. Destinée aux jeunes âgés de 14 à 17 ans, le niveau senior, la compétition leur a permis de démontrer leurs compétences en maniement et leur connaissance du standard de la race. Observer le lien qui s’est rapidement établi entre les jeunes et les Dandies (que la plupart des jeunes rencontraient pour la première fois) fut formidable. Il faut espérer que le rapport durera et qu’ils choisiront une race vulnérable lorsqu’ils auront l’âge d’acheter leur propre chiot.
 
Chaque petit geste compte lorsque vous tentez de promouvoir une race rare. Alors votre boule de papier aluminium… est-ce qu’elle prend de l’ampleur? Laissez-moi savoir ce que vous faites pour faire passer le mot sur votre race dans les commentaires ci-dessous!
 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is four = three ? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Novembre 2019 > Promouvoir une race rare