Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

À la rencontre du samoyède

mars 30, 2020

Enfant, ma mère nous a inscrits, mon cocker américain « Peanut » et moi, à un cours d'obéissance canine spécialement conçu pour les enfants. Le cours était donné par un homme qui possédait trois samoyèdes et il les amenait à chaque cours pour des démonstrations d'exercices. Avant de suivre le cours, je n'avais jamais posé les yeux sur un samoyède. Je me souviens avoir dit à ma mère qu'ils ressemblaient à des « animaux en peluche et au matin de Noël »! Depuis lors, je suis resté enchanté par la race et je ne suis pas le seul. Le samoyède a des fans dans le monde entier et pour une bonne raison : ce sont des chiens charmants, intelligents et sensibles.



Grâce à l'aide de Judi Elford de l’élevage  Vanderbilt Samoyeds, membre du CCC, juge et éleveuse, je suis heureux de pouvoir partager avec vous des informations sur les samoyèdes. Judi élève des samoyèdes depuis 1977 avec son mari Blair.

LgTxdUSOyA6CPJdB5mBg_90505217_195591831867071_5460505975708450816_n.jpgM6Ah4mKSMiyt4pdGnyo4_90166312_641187356457970_1184594874075185152_n.jpg

Le samoyède, de taille moyenne, est un membre de la famille des chiens spitz. En fait, le samoyède est peut-être l'ancêtre de la plupart des races spitz que nous connaissons aujourd'hui, car il n'existe aucune trace de la « création » par l'homme de la race samoyède à partir d'autres races, comme on le voit chez d'autres chiens de race pure. Un coup d'œil rapide sur le samoyède et on devine facilement et correctement que ces chiens ont été élevés pour tirer des traîneaux. Mais les samoyèdes sont capables de beaucoup plus.
 
Ce sont des chiens débrouillards et polyvalents. Les samoyèdes gardaient les troupeaux de rennes pour le peuple nomade samoyède dont la subsistance dépendait de ces animaux migrateurs. Les samoyèdes pouvaient également tirer des traîneaux, aider à la chasse et garder les enfants au chaud dans les tentes « tchoum » que les Samoyèdes érigeaient lorsqu'ils s'arrêtaient pour se reposer lors de longs voyages. La race a été sélectionnée pour plusieurs expéditions en Antarctique à la fin des années 1800 et au début des années 1900, et les chiens ont été obtenus directement des tribus samoyèdes pour cette tâche. Les survivants de ces expéditions ont ensuite été amenés en Angleterre où des amateurs ont rédigé un standard pour la race - et les gènes de ces chiens de travail ont formé ce que nous connaissons aujourd'hui comme la race samoyède. 
 

xoIRs06SxO5vt95P1zOo_90631948_204524487278188_8942874852398727168_n-1.jpgLa plus ancienne mention de la race semble être une annonce d
e 1891 d’un des premiers éleveurs de la race, M. Kilburn-Scott d'Angleterre, placée sous la classification « chiens de l’étranger et autres chiens » dans les journaux anglais. Il décrit les chiens comme suit : « De beaux chiots blancs russes (samoyèdes) de traîneau, comme de petits ours polaires, très doux et affectueux. Magnifiques robes et queues...».  Très peu a changé depuis lors.
 
Les « sammies », comme on les appelle affectueusement, ont un tempérament exceptionnel en raison de leur longue association au service des humains. Leur gentillesse et leur camaraderie envers les enfants et les personnes âgées - et tous ceux qui se situent entre les deux - est presque légendaire. Aujourd'hui, les samoyèdes sont utilisés comme chiens d'assistance, chiens utilisés à des fins thérapeutiques, tirant les enfants sur des traîneaux, faisant du skijoring avec les adultes, ou se pavanant élégamment aux expositions canines. Ils sont avant tout et surtout appréciés comme des animaux de compagnie bien-aimés. La beauté frappante de leur poil étincelant blanc, crème ou biscuit est généralement ce qui fait que les gens les regardent à deux fois. Mais ce sont leurs yeux exotiques et leur caractère mélancolique qui nous attirent, sans oublier le « sourire sammy ».
 
L'entretien de la robe du samoyède n'est pas compliqué mais un engagement régulier est nécessaire, d'autant plus qu'il perd son sous-poil dense au fil des saisons. Mais le côté positif est que le poil n’a pas cette odeur canine typique. Le poil de couverture dur résiste à la saleté et le samoyède ne semble pas provoquer des réactions allergiques chez de nombreuses personnes. Les éleveurs ont testé des centaines de personnes avec ces chiens, et bien que certains individus allergiques réagissent à la race, la plupart d'entre eux ne subissent pas de réactions.

JTKXc30DR0u1Oau6wg3V_90073016_205680820715580_8416234045691658240_n.jpg

Les exigences en matière d'exercice sont celles d'un chien actif de taille moyenne, et la plupart des sammies apprécient tout exercice qu’on peut leur offrir. Tant que vous êtes à leurs côtés, ils sont satisfaits.  En tant que race socialement nécessiteuse, ce n'est pas le chien qu’il vous faut si vous devez le laisser à la maison pendant de longues heures chaque jour.  Ce sont des chiens de meute qui ont un fort sens de la famille, mais qui acceptent aussi tout le monde. Ils s’épanouissent en étant parmi les autres avec une attitude « plus nous serons, mieux ce sera ». La solitude peut conduire à un comportement bruyant et destructeur car les samoyèdes sont capables de protester, et ils le font, lorsqu’on les laisse seuls trop souvent. Les garderies pour chiens sont idéales pour les familles qui travaillent à l’extérieur, car elles permettent aux chiens d'afficher leur caractère social, et leurs propriétaires peuvent être tranquilles en sachant que leur chien ne cause pas d'ennuis comme s’ils étaient seuls à la maison
 
Le samoyède pourrait être la race idéale pour vous si :

  • Vous avez une vie familiale active.
  • Vous voulez un chien facile à entraîner qui peut pratiquer divers sports canins.
  • Cela ne vous gêne pas de parler aux étrangers lors de vos promenades (ils seront nombreux à vous poser des questions sur votre magnifique chien).
  • Vous possédez un bon aspirateur.
  • Vous êtes allergique aux chiens.
 
Le samoyède n'est peut-être pas la race idéale pour vous si :
  • Vous travaillez de longues heures et/ou des heures imprévisibles.
  • Vous ne voulez pas un chien qui perd ses poils.
  • Vous n'avez pas le temps d'offrir à votre chien une stimulation mentale et physique.
  • Vous ne tolérez pas un chien qui aboie.

 
 
Si le samoyède vous intéresse, contactez les éleveurs de samoyèdes membres du Club Canin Canadien à l’aide de notre Puppy List à www.thepuppylist.ca

 


The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

conseils, éleveurs, Ian Lynch conseils, éleveurs, Ian Lynch

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is six = six ? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Mars 2020 > À la rencontre du samoyède