Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

À la rencontre du leonberger

mai 22, 2020


Un énorme chien avec un cœur à la hauteur, le leonberger est un formidable compagnon en autant qu’il soit dans un foyer qui lui convient.

D'une taille allant jusqu’à 31,5 pouces à l'épaule, avec une robe au poil épais moyennement long jaune doré à rouge-brun, un visage au masque noir et un regard expressif - il est difficile d'oublier un leonberger!

Lorsque j’ai eu l’idée d’écrire un blogue sur le leonberger, je savais exactement à qui m'adresser pour obtenir des informations : Naomi Kane et Lori Dzingala. Naomi Kane a élevé sa première portée de leonberger Lewenhart en 2002. Lori Dzingala élève des leonbergers depuis 1996 et son élevage s'appelle Heronview. Un grand merci à Naomi et Lori de m'avoir aidé à rédiger ce blogue.


EEdjWZzmRbmTjZ0C6p0F_Archer-standing-Jan-2009-1.JPGcrédit photo : Naomi Kane
 

Le leonberger fut élevé à l'origine comme chien de compagnie qui était quelque peu un symbole de statut social car il ressemblait au lion du blason de Leonberg, une petite ville d'Allemagne. Reconnu en tant que race en Europe depuis 1846, le leonberger a obtenu la reconnaissance ici au Canada au début des années 1990.

Le leonberger peut se vanter d’être une des rares très grandes races qui ne bave pas, sauf pour sa réaction tout à fait normale de saliver un peu lorsqu’on lui offre une gâterie. Mais ce n'est pas parce qu'ils ne bavent pas que vos planchers seront toujours secs, car ces chiens raffolent de l’eau. Ils adorent jouer dans l’eau puis déposer avec amour leur museau dégoulinant sur vos genoux. C'est comme s'ils voulaient partager leur bonheur avec ceux qu'ils aiment.

Pesant de 40 à 55 kg pour les femelles et de 45 à 68 kg pour les mâles, le leonberger fait partie des chiens de race géante. Sa superbe robe double (qui perd son poil deux fois par an) exige un brossage hebdomadaire pour éviter les nœuds, et la période de mue sera plus courte et plus facile si le chien est baigné et toiletté.


HPAktfM6QtS4MJQ1MO6V_20200502_135225.jpg
crédit photo : Naomi Kane

 

Les leonbergers ont la réputation d'être d’exceptionnels chiens de famille. Ils sont généralement très tolérants envers les enfants, mais quelle que soit la taille ou la race, les enfants ne doivent jamais être laissés sans surveillance en présence des chiens. Les leonbergers aiment leur famille avec un dévouement parfois démesuré. Ils sont très attachés à leur maître et le suivent partout – en fait, ils leur laissent pas le choix! L'inconvénient de cet attachement est qu'ils peuvent souffrir d'anxiété de séparation s'ils ne sont pas entraînés pour s’adapter aux absences. Peu importe la durée de l’absence, lors du retour vous serez accueillis par ce que nous appelons le « tsunami leonberger », un chien qui saute, qui tourne en rond, qui danse, qui jappe de bonheur et dont le corps entier frétille! En public, les leonbergers sont calmes, dignes et majestueux, acceptant les caresses et les exclamations des étrangers comme leur dû. Mais à la maison, ils se transforment en nounours affectueux et rigolos.

Le leonberger fait partie du groupe des chiens de travail. Il excelle au pistage, à la recherche, au sauvetage, au secours à l’eau et comme chien de trait, et il a un contrôle impressionnant sur mobilier de la maison! Il est très actif pour sa taille et toujours prêt à vous suivre n’importe où, mais est habituellement calme à l’intérieur. Certains leonbergers peuvent rapporter, mais la plupart ne s’y intéressent pas. Ils semblent être d’avis que si leur maître lance des objets, c’est qu’ils veulent s’en débarrasser! Ces chiens ont un instinct de gardien et protègent les biens et les personnes; ils doivent donc être bien entraînés et socialisés. 

 
z48yn4mT4qrau5oAI9Vs_CKC-leo-puppy-Lori-Dzingala-1.jpg

crédit photo : Lori Dzingala

L’entraînement d’un leonberger est soit si facile que cela passe presqu’inaperçu, soit un exercice de patience infinie. Ils n'aiment pas faire les choses à répétition sans raison particulière et prennent parfois le fait qu’on répète un exercice comme un signe qu'ils se trompent, ce qui leur cause de l’anxiété et les empêche d'apprendre. Les entraînements courts et basés sur le jeu fonctionnent mieux avec ces chiens, et il est préférable de travailler sur un comportement à la fois. Les leonbergers sont sensibles et ne réagissent pas bien aux méthodes d'entraînement agressives car ce qu’ils veulent avant tout c’est plaire.

 

Le leonberger pourrait être la race idéale pour vous si :

  • Vous aimez un « chien velcro » (et si vous ne voyez pas d’inconvénient à ce qu’il vous accompagne dans la salle de bains).
  • L’idée d’un chien de poche pesant 45 kg vous plait.
  • Vous appréciez un enthousiasme débridé (l'accueil est le même que vous soyez parti depuis cinq minutes ou cinq heures).
  • Vous avez un bon aspirateur.
  • Vous avez un bon sens de l'humour.
  • Vous aimez être abordé lors des sorties par tous ceux qui admirent le chien et posent des tas de questions sur la race.
  • Vous aimez un chien intuitif et disposé à apprendre.
 

Le leonberger n'est peut-être pas la race idéale pour vous si :

  • Le fait qu’on vous voue un culte d’adoration vous rend mal à l’aise.
  • Vous ne voulez pas un chien qui perd son poil (la saison des mues signifie qu'un leonberger perd une quantité de poils équivalente à plusieurs chiens)
  • Vous n’avez pas le temps de socialiser le chien de manière positive et continue.
  • Vous voulez un chien qui sait résister aux flaques d'eau.
  • Vous avez des limitations physiques, car les leonbergers sont très grands et puissants.

 
Pour résumer le leonberger, Naomi cite son fils de huit ans : « Les leonbergers sont comme des mamans parce qu'ils sont toujours là si on est blessé et ils aiment les câlins ».
 
Si le leonberger vous intéresse, contactez un éleveur membre du CCC de la race en consultant la Puppy List au www.thepuppylist.ca.

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = nine + five (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Mai 2020 > À la rencontre du leonberger