Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

À la rencontre du terrier Skye

juin 09, 2020

« Loyauté et devoir sont les mots d'ordre du terrier Skye et il ne manque jamais de respecter les termes de cette norme, même s’il arrive que son propriétaire ait parfois des doutes. Un terrier Skye n'oublie jamais et ne pardonne jamais » - Dr Richard Meen.

Je collectionne les livres sur les races de chiens depuis mon enfance. Lorsque j'avais 11 ans, je visitais un marché aux puces près de la maison familiale où j'ai trouvé un petit livre sur les terriers Skye qui datait de 1965. Le guide faisait moins de 70 pages et même si le vendeur demandait plus de la moitié de mon allocation hebdomadaire - 3 dollars pour le livre de poche - je savais que je devais avoir cette rare pièce de collection.

Il m'a toutefois fallu 12 années avant de rencontrer un terrier Skye. Lorsque je suis arrivé à Toronto, un ami m'a fait faire une longue promenade en voiture dans tous les quartiers de la ville. C'est dans la communauté aisée de Rosedale que j'ai vu deux messieurs bien habillés aux cheveux argentés qui promenaient deux magnifiques terriers Skye, un gris clair et un crème. J'ai demandé à mon ami d’arrêter pour que je puisse leur dire à quel point j'étais ravi car je n'avais jamais vu un, et encore moins deux, terriers Skye! Je sais maintenant que ces messieurs étaient le Dr John Reeve-Newson et le Dr Richard Meen, éleveurs et des juges respectés à l’échelle internationale.

Pour écrire un blogue sur une race si intéressante et rarissime, je savais que je devais faire appel à une experte. Cynthia Crysdale de Harambee Kennels, a commencé à élever des terriers Skye il y a 18 ans aux côtés de son mentor et meilleur ami, le Dr Richard Meen, sous le préfixe Kishniga. Cynthia a gracieusement fourni toutes les photos utilisées dans cet article.


GHGYJVATmuyHpkmqC8Qu_Ms-White-1.jpg
 

Il est difficile d’établir avec précision la date et le lieu d'origine exacts du terrier Skye, mais il est très probable qu'il soit originaire de l'île d'où il tire son nom : l’Île de Skye.1 Ces chiens étaient issus d’un croisement de terriers écossais et de petits chiens blancs à poil long (probablement de la famille des bichons maltais) qui ont fait naufrage sur l'Île de Skye pendant la période de l'Armada espagnole, vers l'année 1588.2 Les terriers Skye étaient tenus en haute estime par les seigneurs écossais, appréciés à la fois comme animaux de compagnie et comme chasseurs.3 On croit que ces chiens étaient les ancêtres des Skye modernes et on dit que Lady MacDonald, du château d'Armadale, possédait des chiens d'une beauté inégalée, exceptionnels en apparence.4

Au XVIe siècle, on trouvait rarement, voire jamais, des Skye ailleurs que sur l'Île de Skye, mais au XIXe  siècle, ils étaient devenus les favoris des salons en Angleterre et on les voyait souvent dans les rues d’Écosse.5 La reine Victoria avait un chenil rempli de terriers Skye et Mary, reine d'Écosse, en avait un sous sa jupe lorsqu'elle a été décapitée.6 Greyfriars Bobby, un célèbre terrier Skye qui a acquis une notoriété pour sa loyauté, a même sa propre statue à Édimbourg!7 Cependant, de nos jours, la race est en voie d'extinction. 

Le terrier Skye a été développé pour chasser une variété de proies, dont le blaireau, la loutre, le renard et autres vermines. En observant son corps, vous pouvez constater à quel point sa carrure le rend bien adapté à son rôle. Un bon spécimen de la race peut poursuivre à grande vitesse, pénétrer dans les terriers, les cachettes et les tanières, et ramener ses proies à la surface.8 Agile et athlétique, le Skye peut se déplacer aussi bien sur un terrain rocailleux que dans l'eau.9 Son corps bas et allongé et sa robe au long poil droit le rend unique parmi le groupe des terriers.


Xv6tUswTB67CELF2xTmw_IMG_8848-1.jpg


Les terriers Skye perdent très peu leur poil mais dépendant du type de la robe, il peut devenir feutré et s’emmêler. Bien qu'ils aient une apparence « glamour », le poil des Skye peut être facilement entretenu avec un brossage hebdomadaire, mais de nombreux propriétaires choisissent toutefois de le brosser plusieurs fois par semaine. Un bain mensuel est recommandé pour aider à maintenir leur longue robe. Quoiqu'il ne soit pas nécessaire de tailler un Skye, certains propriétaires d'animaux de compagnie coupent le poil de leur chien pour en faciliter l'entretien, mais il ne doit jamais être rasé.

 Lorsqu'ils sont bien socialisés en tant que chiots, les amateurs de terriers Skye disent que ces chiens sont un pur plaisir. Attachante, rapide, charmante, affectueuse, enthousiaste, désireuse de recevoir l'amour de son maître, cette race est parmi les plus divertissantes.

 Un Skye élevé correctement doit avoir une nature stable et de bonne humeur. Son tempérament de terrier le rend extrêmement amical et affectueux avec ceux qu'il connaît, mais souvent réservé avec les étrangers. Les Skye voudront toujours être près de leur maître. S'ils ne sont pas assis à vos côtés sur le canapé, ils sont couchés à vos pieds. Ses propriétaires disent qu'ils sont l'incarnation même de la fidélité et de la dévotion.

 Avec une nature si dévouée dans une taille adaptée à la ville ou à la campagne et avec des exigences de toilettage plus faciles qu’à première vue, vous vous demandez peut-être pourquoi les Skye sont si rares? La réponse la plus simple est que les gens ont tout simplement oublié qu'ils existent.

 D'autres races sont devenues plus populaires et avec une faible cote de popularité « commerciale », la demande pour les terriers Skye a diminué. Si vous décidez d'en acquérir un, non seulement aiderez-vous  une race en voie de disparition, mais vous serez probablement le seul à la posséder dans votre quartier. Vous aurez certainement de nombreuses occasions de rencontrer vos voisins, car tous vous demanderont : « Quel type de chien est-ce? ».



BOuVFWLCQfq42XHw4Gae_Max.jpg

 

Le terrier Skye pourrait être la race idéale pour vous si :

  • Vous comprenez et appréciez les races de terriers et leur tempérament.
  • Vous êtes à l'aise avec une race qui a forte personnalité.
  • Vous êtes en mesure d’accorder les soins nécessaires pour maintenir leur robe.
  • Vous appréciez une race intelligente, charmante et dotée d'un grand sens de l'humour.
  • Une race très affectueuse et fidèle vous enthousiasme.

 

Le terrier Skye n'est peut-être pas la race idéale pour vous si :

  • Vous préférez une race moins interactive, plus discrète.
  • Vous ne voulez pas une race qui nécessite un toilettage régulier.
  • Vous n'êtes pas en mesure de socialiser correctement le chien.
     

 

« Un terrier Skye est en fait l'un de ces "Dogges d'Islande" qui ont fait surface il y a des siècles et qui continuent d’être un défi à décrire à ce jour. Son caractère unique a survécu aux années, mais non aux tendances de la mode ou à l'arrogance de l'élitisme » - Dr Richard Meen.

 

Rares en nombres et inoubliables en apparence, les terriers Skye sont des chiens d'une fidélité farouche et d'un courage impressionnant. Si le terrier Skye vous intéresse, consultez la Puppy List du Club Canin Canadien pour trouver des éleveurs près de chez vous.


1 Brearley, Joan McDonald & Anna Katherine Nicholas, This is the Skye Terrier (T.F.H Publications, 1975).
2 Meen, Richard. “The Skye Terrier”. Judge’s Education Seminar. Cobourg, ON. 2014 3 Ibid., Meen
4 Ibid., Meen
5 Ibid., Meen
6 Montgomery, E.S, The Complete Skye Terrier (Howell Book House, 1962).
7 Ibid., Montgomery
8 Ibid., Brearley, McDonald & Nicholas
9 Ibid., Brearley, McDonald &

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

chiots, éleveurs, Ian Lynch, terrier, Tips chiots, éleveurs, Ian Lynch, terrier, Tips

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = four + seven (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Juin 2020 > À la rencontre du terrier Skye