Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

Le chien d’ours de Tahltan

juillet 21, 2020


Une race canadienne disparue

GiVlCdEASD688fwqehOr_IMG_8633.jpgPendant des années, j'ai conservé le livret célébrant les 125 ans du Club Canin Canadien. Le recueil souvenir de 20 pages contient diverses pièces de correspondance commémorant, célébrant et rendant hommage à l’héritage et à la défense des intérêts du Club et des chiens de race pure.
Bien que le texte soit intéressant (comme le fait que les débuts modestes du CCC ont eu lieu dans ma ville natale de London, Ontario, en 1889), j'ai conservé le livret principalement parce que j'aime la couverture.
 
Le tableau des races de chiens indigènes du Canada, une œuvre d’Eddie LePage, représente le terre-neuve, le retriever labrador, le chien esquimau canadien, le retriever nova scotia duck tolling, le retriever à poil plat (que je crois être une race britannique, mais ce sera un débat pour une date future) et un chien noir et blanc à double pelage. À première vue, j'ai cru que le chien représenté était un chien d'ours de Carélie (une race finlandaise), mais j'ai découvert qu'il s'agissait en fait de l'image d'un chien d'ours de Tahltan, la race la plus récente à disparaître au Canada. L'image de ce chien est restée gravée dans mon esprit et j'ai essayé d'en apprendre le plus possible sur ce témoin perdu de l'histoire du Canada.

La rédaction d'un blogue sur une race de chien sans sujet vivant a été un défi. Heureusement, mon amie et mentore Mike Macbeth est une journaliste qui a écrit de nombreux articles sur ce chien canadien disparu. Ce blogue n'aurait pas été possible sans son aide.

 

Screen-Shot-2020-07-21-at-9-08-20-AM-1.png

Pendant plus de 500 ans, le chien d'ours de Tahltan a servi le peuple Tahltan du nord de la Colombie-Britannique.1 Ces petits chiens étaient utilisés pour la chasse à l'ours noir et au grizzly.2 Noir et blanc, ils mesuraient de 12 à 16 pouces de haut et pesaient de 10 à 18 livres.3 Ils avaient de grandes oreilles dressées et une queue touffue caractéristique qui ressemblait à un blaireau.4

Ces petits chiens étaient portés dans les sacs à dos des chasseurs. Lorsqu'ils rencontraient un ours, travaillant en meute, ils distrayaient l'ours avec de petits jappements et en feignant de mordre, ce qui permettait aux chasseurs d’avancer pour l'abattre.5 Ces braves petits chiens étaient incroyablement résistants, tout en étant assez dociles avec les humains pour être accueillis dans la tente familaile.6 Les fusils finiront par remplacer l'utilité de ces chiens et entraîneront leur disparition.   
 
Alors que les Tahltans se dirigeaient vers l'extinction, un policier de la Colombie-Britannique a tenté de sauver la race. Le constable J.B. Gray a acheté dix chiens comme animaux de compagnie entre 1936 et 1940 alors qu'il était en poste à Telegraph Creek.7 Sa persévérance a convaincu le Club Canin Canadien de reconnaître le chien d'ours de Tahltan en 1941.8  Bien que ce ne soit que conjecture, on suppose que la plupart des chiens provenant de leur habitat nordique sont morts à la suite d'un changement de régime alimentaire ou de climat.9 D'autres sont décédés en raison de maladies auxquelles, vivant dans la nature sauvage, ils n'avaient pas été exposés auparavant.10

Screen-Shot-2020-07-21-at-9-08-29-AM.pngEn 1975, on ne recensait que six chiens d'ours de Tahltan.11 Le dernier chien est mort en 1979, et cette même année le Club Canin Canadien a retiré la race de sa liste des races reconnues après plus d'un quart de siècle sans nouveaux enregistrements.12  Le courageux petit chien d'ours de Tahltan - la race la plus récemment éteinte au monde - a donc disparu.

Certains toutefois ne croient pas que la race s’est éteinte à ce moment-là. Des rapports de 1979 indiquent qu'un couple reproducteur aurait été emmené en Californie 8 ans plus tôt.13 Bien que cela puisse sembler être une lueur d'espoir pour la race, c'était il y a 40 ans et si un effort de conservation était en vigueur, j’ai le sentiment que l'internet nous l’aurait fait savoir. Le Club Canin Canadien a effectué une recherche dans les années 1980 pour savoir s’il restait des chiens d'ours de Tahltan au Canada, et la recherche n’a malheureusement pas porté fruit.14

En 2010, une dame de Carmacks au Yukon vendait une portée de chiots en prétendant que leur grand-père était 5/8 chien d'ours de Tahltan.15 Mais des experts comme Murray Lundberg ont déclaré que c'était impossible. L'écrivain et historien amateur de Whitehorse s'est intéressé à la fin des années 1990 aux allégations selon lesquelles les chiens d'ours de Tahltan existaient toujours et il a conclu que ce n'était pas le cas.16

Interrogé sur la portée supposément en partie Tahltan, Lundberg a déclaré : « Le chien d’ours de Tahltan a été élevé dans des circonstances très spécifiques qui ne pourront jamais être recréées. Peu importe ce que vous faites, vous n'aurez jamais un autre chien d’ours de Tahltan. Ce n'est pas possible du point de vue évolutionnaire ».17

Untitled-design-5.pngLe chien d’ours de Tahltan a peut-être disparu, mais la race continue de vivre dans les œuvres d’art. Postes Canada a inclus la race dans sa collection de races indigènes de 1988, qui célébrait le centenaire du Club Canin Canadien.18 L'artiste Bill Lishman (renommé en raison de son œuvre Father Goose) a utilisé l'image de Postes Canada pour créer une sculpture géante en bronze d'un chien d'ours de Tahltan qui a été exposée au Royal Dog Show du Canada en 1998.19

L'image du petit mais puissant chien d’ours de Tahltan courant sur une croûte de neige, aboyant en staccato aigu et amenant les gens au grand gibier qui allait nourrir et habiller leurs familles, est une image qui ne me quittera jamais. J’ose espérer que l'histoire des Tahltans nous rappelle l'importance de protéger nos chiens de race pure. Je serais attristé d’entendre qu'une des quelque 200 races reconnues par le Club Canin Canadien a disparu et je sais que vous le seriez aussi. Faisons en sorte que cela n'arrive pas.




Macbeth, Mike. “Celebrating the Canadian Breeds of Dogs and Cats”. Canada Day Presentation. Pawsway Toronto ON. July 1, 2009
Ibid., Macbeth
Ibid., Macbeth
Ibid., Macbeth
Ibid., Macbeth
6  Tahltan Bear Dog, Dogs of Canada . https://postagestampguide.com/stamps/16465/tahltan-bear-dog-1988-canada-postage-stamp-dogs-of-canada
Ibid., Macbeth
Ibid., Macbeth
Ibid., Macbeth
10 Ibid., Macbeth
11 Ibid., Macbeth
12 Ibid., Macbeth
13 Ibid., Macbeth
14 Ibid., Macbeth
15  Thompson, J. ( 2010, December 24) The Tahltan Bear Dog: Survivor or Scam?https://www.yukon-news.com/news/the-tahltan-bear-dog-survivor-or-scam/
16 Ibid., Thompson
17 Ibid., Thompson
18 Ibid., Tahltan Bear Dog, Dogs of Canada
19 Ibid., Macbeth

 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

canada, Ian Lynch, race Canadien canada, Ian Lynch, race Canadien

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche. 

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = seven + four (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Juillet 2020 > Le chien d’ours de Tahltan