Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

mailinformation@ckc.ca Telephone 416-675-5511 TelephoneSans frais 1-855-364-7252 location 200 Ronson Drive
Bureau 400
Etobicoke (Ontario)
M9W 5Z9
hours
lundi à vendredi
9 h à 17 h
HNE
We're open right now! Nous sommes ouverts!

Membership Plus Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

Your Club is Here to Help!

Besoin d’aide? Le Club est à votre disposition.

Si vous avez perdu des documents d'enregistrement ou des certificats en raison de circonstances indépendantes de votre volonté (incendies, inondations, etc.), veuillez nous contacter en utilisant l'une des méthodes ci-dessus et nous pourrons vous aider à remplacer vos documents importants.

Rencontrez les nouvelles races reconnues du Canada - 2e partie

novembre 23, 2020
Souhaitons la bienvenue au dogue du Tibet, au terrier chasseur de rat, et au chien finnois de Laponie


Le groupe des chiens de travail accueille le dogue du Tibet
 
Impressionnant, bruyant et fort. Si vous rencontrez un dogue du Tibet, vous ne risquez pas l’oublier de sitôt. Même si vous n'avez pas encore rencontré personnellement un de ces chiens frappants, il y a de fortes chances que vous connaissiez une race à laquelle ils ont contribué. Il existe plusieurs races dont l'ascendance comprend un peu de dogue du Tibet, notamment le Terre-Neuve, le montagne des Pyrénées et le dogue de Bordeaux.1

Issu de la plus haute région du monde, le « Do Khyi », tel qu’on l’appelle au Tibet, est une race très ancienne.2 Parce qu'ils sont si anciens et en raison du fait que le peuple tibétain a été isolé pendant très longtemps, personne ne sait exactement quelles sont ses origines.3 Nous savons que pendant des millénaires, ils ont été les gardiens de l'Himalaya et il semblerait que les premiers voyageurs au Tibet ont parfois reçu ces chiens géants en cadeau. Lorsque les chiens sont retournés avec leurs nouveaux propriétaires au Moyen-Orient et en Europe, d'autres races ont été créées.4
 
Le dogue du Tibet est spécial à bien des égards; les femelles ont un seul œstrus, ils peuvent être extrêmement déterminés à avoir gain de cause, et leur comportement peut ressembler à celui d'un chat.5 Ils sont aussi généralement assez têtus et bruyants la nuit.


Distant et indépendant, le dogue du Tibet n'est pas le chien pour un propriétaire néophyte.6 Bien qu'ils puissent apprendre rapidement et qu'ils soient généralement très facilement entraînés à la propreté, lorsqu'on leur demande si leur chien vient quand on l'appelle, un propriétaire répond : « Oh, les dogues du Tibet aiment être avec vous, c'est juste que ces chiens pensent que s'ils sont dans le même pays que vous, ils sont en fait en votre présence ».7 La race a été élevée pendant des milliers d'années pour garder son territoire, donc une socialisation précoce et continue est absolument nécessaire.
 
Lorsqu'il s'agit de leur magnifique robe, un brossage régulier est obligatoire. La race a tendance à perdre ses poils une ou deux fois par année, et un brossage plus fréquent vous aidera (ainsi que votre aspirateur) pendant ces périodes. Des amis qui possèdent des dogues du Tibet me disent que c'est une race qui perd très peu ses poils en dehors des périodes de mue.
 
Les dogues du Tibet sont très attachés à leur famille et aiment bien les enfants qui leur sont familiers. En raison de leur nature protectrice, certains pourraient ne pas être enclins à laisser des personnes qui ne font pas partie de « leur » meute visiter le foyer et cela pourrait même inclure les amis de « leurs »  enfants. Quoique la race soit extrêmement protectrice, ces chiens ont tendance à ne pas être réactifs lorsqu'ils se trouvent en dehors de leur propriété.
 
En une seule phrase : Le dogue du Tibet, intelligent et sensible, n'est pas un agresseur, mais un défenseur acharné de ses proches et de son territoire qui se débrouille bien avec un propriétaire expérimenté qui possède une grande propriété clôturée.


Le groupe des terriers accueille le terrier chasseur de rat
 
Une race américaine qui aurait été nommée par le président Theodore Roosevelt, le terrier chasseur de rat est robuste, enjoué et portable. Comme son nom l'indique, il a été élevé pour protéger les fermes contre la vermine. Le terrier chasseur de rat est un chasseur habile et instinctif qui peut déterrer, mais il est mieux adapté pour débusquer, poursuivre et chasser les lapins et la vermine.

 
La taille du terrier chasseur de rat est divisée en deux variétés : le miniature mesure de 10 à 13 pouces au garrot, et le standard mesure plus de 13 po jusqu’à et incluant 18 po. Le poids moyen est de 10 à 24 lb. Bien que les deux tailles fassent du terrier chasseur de rat un chien idéal pour la vie en appartement, il faut veiller à ce qu’il soit exercé quotidiennement, tant au niveau de l’esprit que du corps. Ce sont des joueurs infatigables et ils aiment apprendre de nouvelles activités, c'est pourquoi vous les verrez participer à de nombreuses épreuves différentes comme l'agilité, le flyball et la chasse en grange. Une socialisation précoce et continue permettra à votre terrier chasseur de rat d'avoir beaucoup d'amis dans son entourage.
 
Le poil du terrier chasseur de rat est court et ne nécessite pas plus d'un brossage hebdomadaire pour éliminer les poils morts. Il perd ses poils au printemps et à l'automne, et son propriétaire doit le brosser un peu plus souvent pendant ces périodes. La robe du terrier chasseur de rat se décline en une grande variété de patrons pie. Pie est un mot tiré du lexique de l’univers du cheval, qui signifie « taches relativement grandes d'une ou plusieurs couleurs sur un fond blanc ».8 Les couleurs acceptables, avec ou sans points feu, comprennent le noir, le chocolat, le rouge, l'abricot, le bleu, le fauve, le feu, le citron ou le blanc.
 
En une seule phrase : Le terrier chasseur de rat est un exterminateur brillant et énergique qui a besoin d'un propriétaire actif prêt à occuper à la fois son corps et son cerveau.


Le groupe des chiens de berger accueille le chien finnois de Laponie
 
Il est difficile de voir un chien finnois de Laponie et de ne pas tomber amoureux. Si leur magnifique robe et leur douce expression ne réussissent pas à vous conquérir, leur disposition amicale et leur intelligence vous convaincront. Aussi connu sous le nom de Lapinkoira (chien de Laponie), le chien finnois de Laponie remonte à l'époque de la chasse, et plus tard de la garde des troupeaux, du peuple Sami qui vivait dans les régions de Norvège, Suède, Finlande et Russie au-dessus du cercle arctique. Le chien finnois de Laponie a été élevé à l'origine pour garder les troupeaux de rennes, de bovins et de moutons.

 
Bien que garder les troupeaux de moutons ou de vaches exige des compétences particulières, les rennes requièrent des compétences distinctes qui sont inhérentes au chien finnois de Laponie. Cette race est rapide, courageuse et agile, avec un fort réflexe de sursaut qui leur sert bien lorsque les rennes se retournent soudainement contre eux. 9 Comme de nombreuses races de chiens de garde, ils ont tendance à être bruyants. Les chiens finnois de Laponie aboyaient autrefois pour contrôler le troupeau, et ils aboient toujours aujourd'hui, ce qui en fait de très bons chiens de garde. Cela étant dit, apprendre à votre « Lappie » quand il peut aboyer et quand il ne doit pas le faire est une partie importante de l’entraînement du chien. En parlant d’entraînement, cette race est super intelligente et aime plaire, c'est pourquoi vous les trouverez en compétition dans divers sports canins. En raison de leur nature amicale et douce et de leur intuition, ils font de fantastiques chiens utilisés à des fins thérapeutiques.
 
Son magnifique et volumineux poil double isole incroyablement bien; vous aurez un chien qui sera plus qu'heureux de faire de l'exercice même pendant les jours les plus froids d'hiver. Toutes les couleurs sont admises, mais une seule doit prédominer. Le chien finnois de Laponie est sujet à deux mues par an pendant lesquelles les pertes de poils ont importantes. En dehors de ces périodes, les propriétaires gardent poil à son meilleur avec un brossage régulier.
 
En une seule phrase : Le chien finnois de Laponie est un chien de berger intelligent et amical qui veut être inclus dans toutes les activités de son maître.

 
1. American Kennel Club, www.akc.org/dog-breeds/tibetan-mastiff/
2. Ibid., American Kennel Club
3. Ibid., American Kennel Club
4. Ibid., American Kennel Club
5. American Tibetan Mastiff Association, www.tibetanmastiff.org/why-tm-not-for-you.html
6. Ibid., American Tibetan Mastiff Association
7. Ibid., American Tibetan Mastiff Association
8. American Kennel Club, www.akc.org/dog-breeds/rat-terrier/
9. American Kennel Club, www.akc.org/expert-advice/lifestyle/7-reasons-why-you-should-know-the-finnish-lapphund/

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Canada, chiot, Ian Lynch Canada, chiot, Ian Lynch

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch

Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = seven - eight (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Novembre 2020 > Rencontrez les nouvelles races reconnues du Canada - 2e partie