Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

Les races d'Irlande – Première partie

mars 12, 2021
Bonne fête de la Saint-Patrick! Pour vous aider à célébrer, voici le premier de deux blogues entièrement consacrés aux races d'Irlande. Mes deux parents étant des immigrants irlandais, je suis particulièrement enthousiaste à l'idée de présenter quelques-uns des magnifiques chiens de l'île d'Émeraude.

Cette semaine, nous allons célébrer huit chiens impressionnants originaires d'Irlande, allant d’un petit chien robuste au plus grand chien reconnu par le Club Canin Canadien. Les huit races irlandaises reconnues par le Club Canin Canadien font partie des groupes des chiens de sport, des terriers et des chiens courants.* Chacune de ces races a été créée et élevée à des fins spécifiques, pour aider les Irlandais à traverser les différents terrains du pays, des forêts aux montagnes aux tourbières!




Terrier kerry bleu

L'impressionnant terrier Kerry bleu, créé en Irlande il y a des siècles, est élevé dans le respect total des caractéristiques inhérentes à la race depuis plus de 150 ans dans le comté de Kerry. Le Kerry bleu est un chien de ferme polyvalent qui peut tout faire, de la garde des troupeaux à la chasse.

Les Kerries naissent noirs, ne perdent pas leur poil, et leur pelage doux, ondulé et dense se transforme progressivement en la fameuse couleur bleue, généralement vers l'âge de 18 mois. Son poil facial distinct le protégeait lorsqu’il traquait le blaireau sous terre. Les poils m’empêchaient non seulement la saleté d'atteindre ses yeux, mais souvent, le blaireau se retrouvait avec une bouche pleine de poils lorsqu'il se défendait. Sa superbe robe nécessite un brossage régulier et un rendez-vous chez un toiletteur professionnel s’impose pour conserver sa belle apparence.

Le terrier Kerry bleu est incroyablement intelligent et bénéficie d'un propriétaire qui sait garder son esprit actif et son corps en forme. Ces chiens apprennent rapidement et apprécient pratiquer de nombreuses activités de performance, à condition que leur « professeur » rende les leçons intéressantes. Ils aiment faire partie d'une famille, mais leur instinct de chasse est élevé. Il est donc préférable de séparer les petits animaux à poils d'un Kerry.



Setter irlandais rouge et blanc

Le setter irlandais rouge et blanc est une race qui a connu un véritable retour en force! Jusqu’aux années 1870, le setter irlandais rouge et blanc était très populaire auprès des chasseurs irlandais qui l'appréciaient pour sa capacité de « se poser », c'est-à-dire d’utiliser silencieusement son incroyable odorat pour localiser sa proie et à rester immobile une fois celle-ci localisée. Mais lorsque les expositions canines ont commencé, le setter irlandais plus flamboyant et entièrement rouge a été privilégié. Le rouge et blanc se serait éteint sans les efforts des chasseurs irlandais dévoués qui ont veillé à ce que leur setter bien-aimé ne disparaisse jamais complètement. Le setter irlandais rouge et blanc est présent au Canada depuis les années 1980 et jouit d'une certaine popularité auprès des familles actives qui apprécient sa vive intelligence et sa nature affectueuse.

Le rouge et blanc est légèrement plus petit et plus léger que le setter irlandais. Il a également un poil soyeux qui nécessite moins de toilettage que celui du setter irlandais. Ces deux races ont un esprit actif, sont avides d'apprendre et bénéficient d’un entraînement précoce.

Le setter irlandais rouge et blanc est un chasseur naturel qui s'adapte facilement aux différents terrains. Ce sont des chiens pleins d'énergie qui acceptent bien les commandements. Ce chien mérite un foyer qui lui offre l'espace pour courir et des propriétaires qui utilisent son énergie et son intelligence pour la chasse et/ou d'autres performances.



Terrier du Glen of Imaal

Originaire d'une région montagneuse isolée du comté de Wicklow, le fougueux terrier du Glen of Imaal était un chien de ferme polyvalent. Ses tâches consistaient à garder les troupeaux, à tuer la vermine et même à retourner la viande sur la broche familiale à l'aide d'un engin appelé « roue à chiens ». Un coup d'œil à leur tête et à leurs épaules puissantes, ainsi qu'à leur grande bouche pleine de dents fortes vous dira que le Glen est parfaitement construit pour aller dans un terrier et en retirer tout ce qui s'y est précipité. Aujourd'hui, le Glen est considéré comme un charmant animal de compagnie, même si certains laissent encore libre cours à leur instinct en participant à des compétitions telles que le travail au terrier. Comme ils sont très adaptables, on les trouve de plus en plus dans les appartements urbains. Cependant, ils sont également heureux dans une maison de banlieue ou dans une ferme, à condition que leurs besoins modérés en matière d'exercice soient satisfaits.
 
Le poil du Glen of Imaal est de longueur moyenne et de texture rêche. Un brossage régulier et une visite occasionnelle chez le toiletteur aideront à maintenir sa silhouette. La robe peut être bleue, froment (allant d'un froment clair à un rouge doré) ou bringée bleue.
 


Épagneul d’eau irlandais

Le plus grand des épagneuls, de couleur foie, et souvent confondu avec un grand caniche, l’épagneul d’eau irlandais est à la fois énergique et fringant! L’épagneul d’eau irlandais est une race ancienne et un chien d'eau naturel. Alors que le caniche et lui partagent peut-être des ancêtres communs, on trouve des documents sur l'épagneul d'eau irlandais datant des années 1100. À cette époque, ces chiens que l'on trouve dans le sud de l'Irlande portaient de multiples noms. De « rat-tailed (queue de rat) » à « whip-tail (queue en forme de fouet) » en passant par « épagneuls Shannon », c'est « épagneul d’eau irlandais » qui a finalement été retenu.

L'épagneul d'eau irlandais se distingue par plusieurs caractéristiques. Ils ont une superbe huppe garnie de boucles souples (un look tendance auquel j’aspire!), un visage avec des poils courts et lisses, et des boucles foie serrées sur le cou, le dos et les côtés. Ils ont également une queue de rat qui s'effile en une pointe fine recouverte de poils lisses à l'extrémité.

Bien qu'il puisse se méfier des étrangers, l'épagneul d'eau irlandais s'épanouit en tant qu'animal domestique affectueux et enthousiaste lorsqu'il a régulièrement l'occasion de montrer ses talents de rapporteur et de nageur.  
 

Ces incroyables races ne sont que quatre des huit races irlandaises reconnues par le Club Canin Canadien. Mon prochain blogue portera sur le terrier irlandais, le lévrier irlandais, le terrier wheaten à poil doux et le setter irlandais.

Erin go bragh! (L’Irlande pour l’éternité!)



*L'Irish Kennel Club reconnaît également une neuvième race autochtone qui n'est pas encore pleinement reconnue par le Club Canin Canadien : le beagle Kerry.

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Ian Lynch, Vacances Ian Lynch, Vacances

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is one > than four? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Mars 2021 > Les races d'Irlande – Première partie