Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

Premier Member Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Online Registration

Inscription en ligne

FAQ

L’anxiété de séparation post-confinement

mars 10, 2021
Une condition inquiétante chez les chiens qui pourrait survenir lors de la levée des restrictions sanitaires.

Début janvier, j'ai vu une bande dessinée où un homme changeait son calendrier pour celui de l’année en cours en poussant un soupir de soulagement car l’année 2020 était enfin terminée. Mais le chien à ses côtés avait une bulle de pensée qui disait : « Eh bien, ça va être difficile de battre cette année-là! »

Cette petite BD m'a fait réfléchir; si l'année 2020 et la suite de la saga COVID-19 ont définitivement fait des ravages sur nous les humains, c’est tout le contraire pour nos amis canins. Outre les visites manquantes de la famille et des amis et la participation aux cours d’entraînement ou aux expositions et concours, la plupart de nos chiens ont probablement passé le meilleur moment de leur vie avec leur « meute humaine » à la maison toute la journée.

Alors que nous commençons à planifier la levée des restrictions une fois que le vaccin sera distribué en masse, je ne puis m'empêcher de me demander comment nos compagnons s'en sortiront. Un souci important est la façon dont ils réagiront, laissés seuls lorsque que leur famille retourne au travail ou à l'école.

Bien que je ne sois pas entraîneur de chien professionnel, en tant que propriétaire de chien expérimenté, un des sujets le plus souvent abordé est la manière de gérer l'anxiété de séparation. Même si vous n'avez jamais possédé un chien atteint de cette condition, vous avez probablement vu des vidéos sur les médias sociaux montrant un propriétaire confronté à un canapé détruit ou pire encore. Mais au-delà des meubles en ruine, l'anxiété de séparation est une maladie coûteuse, ennuyeuse, dangereuse, culpabilisante et déchirante qui malheureusement fait que de nombreux chiens sont abandonnés dans des refuges chaque année.


Si vous ne connaissez pas cette maladie, l'anxiété de séparation est l'équivalent canin d'une crise de panique qu'un chien ressent lorsqu'il est séparé des siens. Les symptômes qui peuvent se produire régulièrement sont les suivants :
  • Gémissements, aboiements ou hurlements excessifs;
  • Faire sans cesse les cent pas;
  • Bave et/ou halètement;
  • Mâcher et/ou creuser de manière destructive;
  • Tentatives d’échappement dangereuses;
  • Malpropreté chez un chien préalablement propre.
La bonne nouvelle, c'est que l'anxiété de séparation peut souvent être résolue ou du moins gérée. La plupart des changements résulteront de votre propre comportement et sont liés à votre engagement de renforcer votre relation avec le chien.


L’exercice

Bien que l'exercice en soi n'arrête pas l'anxiété de séparation, il canalisera certainement un peu d'énergie et rendra votre chien plus calme et plus heureux. Lorsque je vivais dans un condo au centre-ville de Toronto, j'étais toujours attristé de voir combien de propriétaires de chiens sortaient leur chien pour une « pause pipi » de quatre minutes le matin avant de le remettre à l'intérieur juste avant de partir au travail. Le chien vient de dormir huit heures et doit maintenant rester seul à la maison pendant huit heures encore? Quelle injustice!


 
Avant de quitter votre domicile, prévoyez un peu de temps pour l’exercice. Les différentes races ont divers niveaux d'énergie et des besoins d’activité différents, mais tous les chiens tirent profit de l'exercice. En plus d'une promenade, je trouve que jouer un jeu rapide pendant dix minutes aide à dépenser l'énergie physique et mentale du chien. Un jeu de cherche et rapporte, des tours ou trouver un jouet caché, tous entraîneront des résultats positifs.


La cage

Je ne dirai jamais assez de bonnes choses sur les avantages d'avoir un chien élevé avec une cage. Les cages font appel aux instincts naturels des chiens et leur fournit un espace sûr et confortable qui leur est propre en plus de protéger vos biens lorsque vous n'y êtes pas. Commencez par donner à votre chien une gâterie de longue durée lorsqu'il est dans sa cage, et faites-le progressivement rester dans la cage pour des périodes de plus en plus longues pendant que vous êtes encore à la maison. Cela permettra d'atténuer la surprise lorsque vous les laisserez seuls. Il est important de laisser le chien accumuler des expériences positives avant de le laisser pendant une longue période. Commencez par donner à votre chien la gâterie puis partez dans une autre pièce. Une fois que cela se passe calmement et en douceur, passez à un autre étage, puis à un court trajet jusqu'au magasin, suivi d’une absence plus longue. Pour en savoir plus sur l’entraînement à l’aide d’une cage, consultez notre blogue sur le sujet.


Les jouets

Je trouve souvent qu'un peu de distraction fait toute la différence. J'ai déjà mentionné une gâterie de longue durée lorsque j'ai recommandé l'utilisation d'une cage. Un jouet sûr et résistant qui éveillera l'intérêt de votre chien peut également l'aider à rediriger son énergie. J'aime utiliser un jouet creux en caoutchouc rempli de gâteries. Parfois, j'y mets des biscuits et du beurre d'arachide (en m'assurant toujours que la marque de beurre d'arachide ne contient pas de Xylitol). D’autres fois, de la nourriture en conserve ou des gâteries au foie séché. De nombreux propriétaires de chiens congèlent même ces jouets en caoutchouc pour maintenir l’intérêt du chien plus longtemps. Si vous laissez votre chien avec un jouet divertissant, résistant et rempli de gâteries, il sera plus facile de le laisser seul sans faire d'histoires, car l'énergie et la concentration du chien seront consacrées sur son jouet.


Le bruit de fond

Votre chien a vécu dans une maison remplie de gens qui travaillent, d’enfants qui jouent, de télévisions et ordinateurs allumés toute la journée, et ce, tous les jours depuis un an. Il s’est habitué à ce bruit, et une maison soudainement silencieuse pourrait semer la panique. Laisser une radio allumée à un moyen ou bas volume offre de nombreux sons différents, de la musique aux publicités en passant par les discussions des animateurs. Si vous n'avez pas l'habitude d'avoir une radio allumée à la maison, commencez à l'écouter pendant que vous y êtes déjà en plus d’à votre retour. N'oubliez pas que les chiens sont très intelligents. Si vous n'allumez et n'éteignez la radio que lorsque vous partez ou rentrez à la maison, ils pourraient commencer à associer la radio à votre départ.


Une attitude calme

Tel que mentionné au début, une grande partie du travail nécessaire pour remédier à l'anxiété de séparation dépend de vous et de votre comportement. Les chiens forment naturellement des liens avec leur meute, qu'il s'agisse des humains, des chiens ou des deux. En tant que propriétaires, je crois que nous devons agir comme chefs de notre meute et la diriger avec une énergie positive, le calme et la cohérence. Vous devez laisser le chien vous voir comme le membre le plus intelligent et le plus expérimenté de son groupe, afin qu'il se tourne vers vous et suive votre exemple dans toutes les situations. Si votre chien est confus quant à sa place dans la meute, il pourrait supposer qu'il est le chef, et comme il s'agit de chiens vivant dans un monde humain, cela posera d'énormes problèmes.

 Dans son livre sur la communication canine « The Dog Listener », Jan Fennell explique la pensée d’un chien qui se croit responsable de sa meute pense quand vous - leur humain – partez. «  Au lieu de regarder un chien qui s'inquiète - Où est mon papa ou ma maman? Nous avons un chien qui s'inquiète - Où sont mes enfants? 1 Si vous aviez un enfant de deux ans et que vous ne savez pas où il se trouve, ne deviendriez-vous pas fou d'inquiétude? » 2 Il existe plusieurs façons d'expliquer calmement et gentiment à votre chien que vous êtes son maître. Les exemples que j'utilise consistent à faire asseoir mes chiens en attendant que je dépose leur nourriture, à leur demander d'attendre que je quitte la porte pour me rendre à l’extérieur avant eux, et à ne leur donner de l'affection que lorsqu'ils sont calmes.

Il est essentiel de quitter votre maison dans l’atmosphère tranquille que vous souhaitez retrouver lors de votre retour. Cela signifie qu'il n'y a pas d’adieux dramatiques lorsque vous partez. Mettez votre chien à l'endroit approprié (cage, enclos d'exercice, chambre), donnez-lui sa gâterie de longue durée et partez. Aucune agitation, tout simplement un départ.

La même ambiance calme doit persister pour environ cinq minutes après votre retour. Quand je rentre au foyer, je fais comme s'il n'y avait pas de chiens dans la maison. J'enlève mon manteau et mes chaussures tranquillement, je bois un verre d'eau, je consulte mes courriels, et lorsque mes chiens sont redevenus calmes, je les laisse sortir dans le jardin et je les emmène ensuite faire une promenade. Si votre chien est habitué de vous voir excité au retour, il sera confus et vous devrez peut-être l'ignorer un peu plus longtemps jusqu'à ce qu'il se calme.



Autres points

Ne jamais gronder ou essayer de punir un chien qui affiche une anxiété de séparation. Votre chien réagit à un sentiment de détresse et n'essaie pas de se venger de votre départ. Toute réprimande lorsque vous rentrez ne fera qu'aggraver la situation. Certains m'ont demandé si je pensais qu'ils devraient avoir un deuxième chien pour tenir compagnie au chien anxieux pendant leur absence. Sans boule de cristal, il est difficile de répondre à cette question. Parfois, un deuxième chien fonctionne à merveille, et le chien anxieux se calme car il n'est jamais seul. D'autres fois, les propriétaires se retrouvent avec deux chiens souffrant d'anxiété de séparation, car l'un influence l’autre. Voilà le problème multiplié par deux! Bien que j'aime les ménages avec plusieurs chiens, je crois qu'il est plus sûr de travailler sur les problèmes de comportement avec un chien avant d'en introduire un autre.


Dans certains cas extrêmes, même avec l'aide d'un spécialiste en comportement canin, un chien continue d’avoir de graves réactions lorsqu'on le laisse seul. Parfois, un entraînement spécifique, une modification de votre comportement et de celui du chien ainsi que des médicaments seront nécessaires. Je recommande de parler avec un vétérinaire car il pourra déterminer si l'anxiété du votre chien résulte de sa situation actuelle ou s'il s'agit d'un problème médical plus sérieux. Je consulterais également un vétérinaire si un chien plus âgé commence soudainement à montrer des signes d'anxiété de séparation. L'anxiété liée à l'âge touche les chiens âgés et peut être liée au syndrome de dysfonctionnement cognitif.3 Les chiens atteints de cette maladie voient leur mémoire, leur perception, leur apprentissage et leur conscience décliner; cela est similaire à ce que vit un adulte dans les premiers stades de la maladie d'Alzheimer. Votre vétérinaire peut vous aider dans cette situation.4

Nous espérons tous que les restrictions sanitaires seront assouplies le plus tôt possible, mais en même temps, il faut considérer comment le retour à nos anciens horaires de travail et scolaires affectera nos amis quadrupèdes. Prendre les mesures dès maintenant pour que votre chien ne soit pas choqué par un changement soudain de sa routine quotidienne fera une énorme différence et vous aidera à vous concentrer sur votre travail au lieu de vous inquiéter pour votre fidèle compagnon.




1. Fennell, J. (2000). The Dog Listener. William Morrow.
2. Ibid., Fennell
3.  American Kennel Club, Dog Anxiety: What Dog Owners Need to Know (akc.org)
4. Ibid., American Kennel Club

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

canada, Ian Lynch, TIPOURVOUS canada, Ian Lynch, TIPOURVOUS

Author InformationInformation sur l’auteur

Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien. Il vit à Toronto avec Measha, son grand caniche.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = eight + eight (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Mars 2021 > L’anxiété de séparation post-confinement