Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

mailinformation@ckc.ca Telephone 416-675-5511 TelephoneSans frais 1-855-364-7252 location 200 Ronson Drive
Bureau 400
Etobicoke (Ontario)
M9W 5Z9
hours
lundi à vendredi
9 h à 17 h
HNE
We're open right now! Nous sommes ouverts!

Membership Plus Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Order Desk

Bureau des commandes

Your Club is Here to Help!

Besoin d’aide? Le Club est à votre disposition.

Si vous avez perdu des documents d'enregistrement ou des certificats en raison de circonstances indépendantes de votre volonté (incendies, inondations, etc.), veuillez nous contacter en utilisant l'une des méthodes ci-dessus et nous pourrons vous aider à remplacer vos documents importants.

Rencontrez Christine et John Heartz de Chriscendo Pomeranians - Récipiendaires du Prix national de l'éleveur de l'année 2021 du CCC

juillet 29, 2021
En juin, lors de son Assemblée générale annuelle, le Club Canin Canadien a annoncé la création de trois nouveaux prix pour les membres. Proposés par des membres du CCC, ces prix récompensent l'engagement, le dévouement et les réalisations exceptionnelles qui ont eu un impact positif sur les chiens de race pure, voire tous les chiens au Canada.
 
Reconnus pour avoir fait connaître les poméraniens au Canada, Christine et John Heartz ont reçu le premier prix national de l'éleveur de l'année du CCC. De nombreux élevages réputés en Asie, en Europe et en Amérique du Nord peuvent retracer leurs pedigrees jusqu'aux chiens Chriscendo de Christine et John, qui sont considérés dans le monde entier comme provenant d'un des principaux élevages de poméraniens. Leur dévouement, leur engagement et leurs contributions à la recherche sur la santé de la race ainsi que leur mentorat ont amélioré la race au niveau mondial.
 
Christine et John ont travaillé dur pour promouvoir et entretenir cette magnifique race. Malgré leur programme d'été très chargé, nous avons eu la chance de discuter avec eux de leurs débuts et de leur réaction face à un prix aussi prestigieux.
 
Qu’est-ce qui vous a incité à vous impliquer dans le monde des chiens? 
[Christine] J'ai acheté un chiot poméranien avec mon premier salaire, quand j'avais 18 ans. Je ne venais pas d'une famille qui possédait des chiens, j'ai donc eu besoin d'expérience et de mentorat lorsque j'ai commencé. J'ai continué à exposer et à concourir en obéissance pendant sept ans avant de produire une portée. John a toujours eu une vision un peu différente de l'élevage. Il a commencé par élever des corgis gallois Pembroke, mais est finalement devenu un manieur professionnel toutes races. Il disait toujours « nous allons éviter les erreurs que j'ai commises avec les corgis, pour aider avec l’élevage des poms ». John a toujours été mon plus grand supporteur et nous travaillons très bien ensemble.  
 
Ce qui vous a attiré vers le poméranien? 
J’aime cette race depuis que je suis toute petite. Nous avions une encyclopédie des chiens à la maison et il y avait un poméranien champion connu qui y était représenté. Pour moi, il n'y avait pas d'autre race.
 
John est impliqué avec les poms depuis que nous sommes ensemble. J'apprécierai toujours son opinion et sans lui, je n'aurais jamais pu continuer. John se concentre davantage sur la solidité, la fonction et le chien d'exposition, tandis que je suis toujours à la recherche du type parfait. Même si nous ne sommes pas toujours en accord, nous avons beaucoup appris de nos forces respectives.
 
Qui ont été vos mentors en tant qu'éleveurs?
Nous avons toujours été proches de feu Ken et Eleanor Miller (Millamor Poms). Nous avons passé des heures chez eux, dans l'Ohio et en Floride, à parler des poméraniens d’hier et d'aujourd'hui. Une grande partie de ce que nous aimons dans cette race est due aux Miller et à leurs chiens; ils ont été, pour nous, un modèle.
 
Qu'est-ce qui vous a motivé à travailler avec autant d'ardeur pour faire évoluer la race au Canada? 
[Christine] Lorsque j'ai acheté mon premier poméranien en 1977, je m'intéressais à l'obéissance. J'ai été attirée par l'enceinte de conformation parce que mes amis faisaient les deux disciplines. J'ai demandé à un manieur si je pouvais mener mon premier pom à son championnat. Je ne l'ai jamais fait, mais j'ai finalement épousé ce manieur plusieurs années plus tard!
 
Lorsque nous avons commencé à nous intéresser à cette race, le type et la santé n'étaient pas encore bien établis. Nous avons acheté notre premier chien d'exposition (Can. Am. Ch. Millamor's Rock Medallion) qui était très sain et qui a attiré l'attention de nombreux juges et éleveurs. Des qualités qui jusqu'à ce moment-là étaient difficiles de trouver chez les poms dans ce pays. Medallion est devenu notre premier reproducteur et est à l'origine de nombreux poméraniens d'aujourd'hui.

Parlez-nous de la première grande victoire de votre élevage.
Nous avons eu de la chance car le premier champion de notre élevage, Can. Am. Ch. Chriscendo Coy Coquette, est devenu un multiple gagnant de Meilleurs de l’exposition et a gagné plusieurs expositions de races spécifiques régionales américaines, ainsi que Meilleur de l’exposition à l'American National à deux reprises.
 
Quelle serait votre victoire la plus mémorable dans l'enceinte à ce jour?
Nos chiens ont remporté de nombreux Meilleurs de l’exposition et beaucoup de ces victoires ont été devant des juges dont nous respectons et apprécions l'opinion. L'un des plus mémorables a été le titre de Meilleur des gagnants à l'American Pomeranian Club National (alors à NY) sous la juge Anne Rogers Clark, avec Can. Am. Ch. Chriscendo Colour Picture. Elle était noire et feu et était, à notre connaissance, la première et la seule noire et feu à accomplir cet exploit. À l'époque, cette couleur n'était que récemment acceptée au Canada et elle a également établi un record de race pour la couleur, avec dix Meilleurs de l’exposition toutes races.
 
 

Quand il s'agit de poméraniens, qu'est-ce qui est facile? Qu'est-ce qui est plus difficile ?
Les poms ont une personnalité de « grand chien » et cela nous a toujours attirés vers la race. L’élevage de cette race est toutefois difficile. Les femelles ont souvent besoin de césariennes, elles ne sont pas toujours de très bonnes mères et c'est souvent un vrai défi de les élever. Ils sont minuscules (2 à 4 oz) et, comme John aime le dire, « nés avec une volonté de mourir ».
 
Les poméraniens conviennent à quel type de propriétaire?  
Nous avons plusieurs types de personnes que nous considérons comme de bons propriétaires de poméraniens. Certains poméraniens passent leur vie sur un lit de princesse, en tant qu'animal de compagnie gâté, mais d'autres participent à des événements d'obéissance et de performance. Ils sont les meilleurs amis des familles grandissantes et les fidèles compagnons des personnes âgées. Les poms ont la taille idéale pour voyager ou se prélasser au lit et sont heureux d'accompagner leurs propriétaires lors de promenades ou même de randonnées. La plupart de nos ventes de chiots nous parviennent d'anciens propriétaires de poméraniens, que ce soit de chez nous ou ailleurs.
 
Quel est l’effet d'être nommée par ses pairs pour une telle récompense? 
Le fait d'avoir été choisi parmi nos pairs, par des personnes que nous considérons comme des amis, avec qui nous avons partagé l'enceinte, et dont nous avons observé les succès et suivi les carrières, a été pour le moins une leçon d'humilité. Nous sommes tous les deux d’avis qu'il y a des éleveurs dans ce pays qui sont parmi les meilleurs au monde. Leurs chiens peuvent produire et ils produisent de manière constante, avec des programmes d’élevage sur toute une vie. Ils sont en compétition avec les meilleurs. Le Canada a le droit d'être fier de ses éleveurs dévoués qui visent à atteindre le succès à ce niveau. Mais aucun homme n'est une île, et nous n'aurions pas pu faire cela sans notre réseau de soutien. Rien de ce que nous avons accompli n'aurait été possible sans notre « famille ».
 
Très tôt, Can. Am. Ch. Millamor's Rock Medallion, présenté par Lynda Torrance, a gagné plusieurs Meilleurs de l’exposition et Lynda en a fait un Top Pom, notre premier Top Dog. Plusieurs années plus tard, nous avons eu Can. Am. Ch. Chriscendo Classica, en copropriété avec les amis Doug et Robert Stratton de Sunterra. En raison des engagements de maniement de John, nous n'avons pas pu faire concourir un chien ici cette année-là. Pat et David Gignac ont pris la relève et ont exhibé « Cassie ». L'année suivante, nous avons décidé de la faire concourir de manière sérieuse, et nous avons fait de nombreux allers-retours par avion chez Pat et David, d'une côte à l'autre. « Cassie » est devenue la meilleure femelle gagnante de l'histoire de la race au Canada avec environ 25 Meilleurs de l’exposition. Nous serons à jamais redevables à ceux qui nous ont donné un coup de main, à ceux qui ont choisi de récompenser nos chiens avec les plus grands honneurs et à ceux qui nous ont encouragés depuis les estrades.
 
En ce qui concerne les chiens, quelle est la prochaine étape pour vous et John?
L'élevage de chiens a des hauts et des bas, vous pouvez avoir le meilleur chien de votre race pendant dix ans et ensuite vous n'arrivez pas à produire un chiot à la hauteur. Cela aussi peut durer longtemps. C'est la capacité à surmonter les bas qui distingue un grand éleveur.
 
Nous maintenons nos nombres à un niveau restreint, douze chiens est gérable pour nous. Mais cela vous limite également si quelque chose arrive à votre petit programme d'élevage. Quand nous avons perdu Can. Am. Ch. Chriscendo Connoisseur, « Connor », il y a environ cinq ans, et qu'un autre jeune mâle gagnant du Meilleur de l’exposition, pour lequel nous avions de grands espoirs, a montré des signes de perte de poils, il ne nous restait plus qu'un seul mâle.
 
Nous avons lutté au cours des cinq dernières années pour retrouver ce que nous pensions être le meilleur de notre production. Ce sont ces facteurs qui font qu'un petit programme d'élevage soit un succès ou un échec. Notre histoire n'est pas unique à cet égard, et les périodes difficiles forcent souvent les gens à abandonner le sport.
 
C'est alors que votre réseau de soutien entre en jeu. Nous travaillons avec un certain nombre d'éleveurs du monde entier qui partagent les mêmes objectifs et qui vous aident et vous soutiennent lorsque vous en avez le plus besoin. Vous continuez à vous accrocher à l'espoir de trouver à nouveau la combinaison de lignées et de chiens que vous aimez pour produire à nouveau des chiots qui grandiront et poursuivront votre rêve. Celui de l'animal parfait.
 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

 Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  = four - eight (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Juillet 2021 > Rencontrez Christine et John Heartz de Chriscendo Pomeranians - Récipiendaires du Prix national de l