Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

mailinformation@ckc.ca Telephone 416-675-5511 TelephoneSans frais 1-855-364-7252 location 200 Ronson Drive
Bureau 400
Etobicoke (Ontario)
M9W 5Z9
hours
lundi à vendredi
9 h à 17 h
HNE
We're open right now! Nous sommes ouverts!

Membership Plus Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Order Desk

Bureau des commandes

Your Club is Here to Help!

Besoin d’aide? Le Club est à votre disposition.

Si vous avez perdu des documents d'enregistrement ou des certificats en raison de circonstances indépendantes de votre volonté (incendies, inondations, etc.), veuillez nous contacter en utilisant l'une des méthodes ci-dessus et nous pourrons vous aider à remplacer vos documents importants.

Découvrez le barzoi

décembre 03, 2021

Un chien puissant, agile et élégant.

Avant de changer son nom pour l'adapter à son pays d'origine il y a environ 80 ans, les Nord-Américains ont longtemps appelé le barzoi « chien-loup russe ». Élevé par l'aristocratie russe depuis des centaines d'années, le barzoi signifie « rapide » ou « prompt » en russe.

Fait amusant : le nom pluriel de la race peut être soit barzoi soit barzois - les deux sont corrects!
 
On pense que les barzois descendent du lévrier perse, probablement mélangé à des races de chiens de berger à poils longs pour les aider à chasser dans le froid. Dans un pays envahi par les loups, la chasse est devenue un passe-temps national russe, avec d’importants chenils de chasse établis par les riches. Le barzoi était le chien de prédilection pour la chasse au loup, mais aussi au lièvre, au renard et à d'autres petits animaux. Les chenils impériaux du Tsar remontent à 1613, et le premier standard de la race a été élaboré en 1650. Heureusement, les barzois ont été donnés en cadeau et s'étaient bien établis en dehors de leur patrie avant la révolution russe de 1917. Mais malheureusement, beaucoup ont été massacrés par les bolcheviks, qui les considéraient comme un symbole de l'aristocratie.

Photo: Neil Trilokekar

Le barzoi est une race magnifique à voir. Assez grands, les mâles mesurent généralement entre 71 et 81 cm à l'épaule et les femelles entre 78 et 76 cm à l'épaule. Leur poil est court et lisse sur la tête, les oreilles et les membres antérieurs, mais devient plus abondant sur les autres parties du corps. Les mâles ont aussi une robe plus épaisse que celui des femelles. Le poil du barzoi est un poil double et peut être de n'importe quelle couleur ou combinaison de couleurs.

Bien que le barzoi soit définitivement élégant, c'est une race faite pour la chasse. De la position de ses yeux à son pied de lièvre, en passant par son arrière-train large et sa poitrine profonde, chaque partie du barzoi est construite pour la chasse. Ces chiens sont faits pour bouger.

En plus de la beauté noble du barzoi qui peut attirer quelqu'un vers la race, sa personnalité est ce qui retient ses fans. Sensibles, alertes et émotionnellement en phase avec leur entourage, les barzois sauront vous séduire. J'ai vu des champions de la race dignes et impressionnants dans l'enceinte, pour ensuite adopter un comportement complètement ludique et espiègle une fois en présence de leurs humains préférés. Le contraste est adorable.

Pour en savoir plus sur le barzoi, j'ai contacté Karen Fasciano, une passionnée de longue date. Karen s'occupe de la race depuis les années 1980. Karen travaillait à la télévision, et l'une des émissions auxquelles elle participait s'appelait « Circus », diffusée par CFTO-TV. Un des numéros était celui d'une dame avec quatre barzois blancs qui se produisaient, entre autres, en faisant du vélo, ce qui fascinait Karen. Elle a commencé à s'intéresser à la race en 1983 au Sportsman Show, lorsqu'elle a rencontré Barb et Lloyd Allewell de Laba Borzoi avec quelques-uns de leurs chiens.

Karen a immédiatement été conquise par le barzois des Allewell. Elle aimait leur apparence et leur nature douce. À l’époque, elle cherchait un compagnon pour son lévrier afghan. Elle a donc effectué des recherches sur la race et a estimé qu'ils correspondaient exactement à ce qu'elle recherchait en termes de tempérament et de compatibilité avec le mode de vie de sa famille. Karen a ensuite élevé des barzois sous le nom de chenil Quiero et a accueilli sa première portée en 1990. 

Photo: Karen Fasciano

À première vue, un barzoi a besoin de beaucoup d'exercice, mais Karen m'a expliqué que les barzois sont plutôt uniques dans leur façon de faire de l'exercice. Karen vit sur 30 acres dont plusieurs sont clôturés. Lorsque les chiens sont ensemble, ils ont tendance à s’exercer en courant, en jouant et en se poursuivant les uns les autres. Les barzois ont généralement des « zoomies » l'avant midi pendant quelques heures, donc ils sortent et jouent ensemble jusqu'à ce qu'ils soient fatigués. Ensuite, ils rentrent et dorment presque toute la journée jusqu'à la fin de l'après-midi ou le début de la soirée, lorsqu'ils sortent et font à nouveau des « zoomies ». Ces chiens doivent absolument être dans un espace clôturé car étant des lévriers, s'ils voient quoique ce soit bouger, ils veulent le poursuivre. L'instinct prend le dessus, et ils sont vite partis.
 
J'ai demandé à Karen si les barzois perdent leurs poils. Elle m'a répondu : « Les barzois perdent constamment leurs poils. Vivre avec un barzoi, c'est vivre entouré de poils. Les femelles sont les pires, car elles perdent leur poil environ trois mois après la fin de leurs chaleurs, et certaines le perdent presque jusqu'à la peau. Le poil qui reste est assez rude, mais lorsqu'il revient, il est très doux et soyeux. Les mâles perdent leurs poils deux fois par an et, après avoir abandonné leur robe de chiot, ils n'en perdent plus autant. J'ai pu présenter mes garçons pendant la saison de mue, alors que c'était impossible avec mes filles. Le toilettage est indispensable lors de la mue, car le poil s'emmêle assez facilement à cette période. Quand ils ne perdent pas leurs poils, il suffit d'un coup de brosse et de s'assurer qu'ils n'ont pas de poils derrière les oreilles et entre les pattes pour les mâles. » 

Photo: Karen Fasciano
 
Les barzois participent aux expositions de conformation, au concours d'obéissance, de course au leurre et d'agilité, ainsi qu'aux activités plus récentes ouvertes à toutes les races, comme la chasse en grange, la poursuite sur leurre, le rallye, etc. Ils ne sont toutefois pas connus pour être exceptionnels en obéissance, ce qui est compréhensible si l'on considère qu'ils ont été élevés pour courir et chasser, et non pour venir et rester. Ils le feront, mais à leurs conditions.
 
Même si le standard de leur race stipule qu’ils sont réservés avec les étrangers, ce n'est pas le cas des barzois de Karen. « Je suppose que mes chiens n'ont jamais rencontré d'étrangers car ils sont tous extravertis et amicaux, mais ils sont tellement socialisés que je crois qu'ils se sont adaptés. Je ne les considère pas comme un chien idéal pour les enfants si je me fie uniquement à leur taille. Ils jouent de manière très intense, et j'ai eu ma part d'yeux au beurre noir et d'ecchymoses en jouant avec eux. Quand les barzois jouent, ils courent droit l'un vers l'autre et font demi-tour au tout dernier moment. C'est un peu comme jouer au plus fort. Ils jouent de la même manière avec les gens, mais notre réaction est de sauter hors du chemin, ce qui est la pire chose à faire. Les enfants peuvent facilement se faire basculer. La race est également sensible à la douleur, ce qui pourrait créer des problèmes avec les enfants qui les blessent sans le savoir. » Il est donc préférable de garder le barzoi avec des enfants plus âgés. 

Photo: Karen Fasciano
 
J'ai également demandé à Karen comment ils se comportent avec les autres chiens. « Par le passé, j'ai trouvé que certains de mes barzois étaient plutôt snobs avec les autres races et avaient tendance à être plus à l'aise avec d'autres lévriers. Cependant, comme je participe souvent à des expositions, j'ai constaté qu'ils peuvent tout à fait accepter d'autres races si elles leur sont présentées tôt. J'ai un ami qui me rend régulièrement visite pendant de longues périodes avec trois teckels nains à poil dur, et mes chiens sont formidables avec eux. Au début, j'avais peur qu'ils puissent accidentellement les blesser en jouant, mais c'est incroyable comme ils sont dociles. »

Les barzois sont généralement en bonne santé. Cependant, comme beaucoup d'autres grandes races à poitrine profonde, le ballonnement est un sujet de préoccupation.

Lorsque j'ai demandé à Karen de décrire le propriétaire idéal d'un barzoi, elle m'a répondu : « En ce qui me concerne, le propriétaire idéal est celui qui comprend qu'il s'agit d'une race puissante, axée sur la proie, qui a été élevée à l'origine par les tsars russes pour la chasse. Il ne s'agit pas seulement d'une jolie race à la mode, comme on pourrait le croire au vu des tableaux de Louis Icart représentant de belles dames et des barzois. Vous devez vous attendre à vivre entouré de poils 24 heures sur 24 et veiller à ce qu'ils aient suffisamment de toilettage et d'exercice, d'où la nécessité d'un espace clôturé. Ils préfèrent être sur un canapé ou sur votre lit. Les mâles, en particulier, ont besoin de savoir dès le début que vous êtes le chef. Si vous pouvez supporter cela, vous découvrirez que cette race est merveilleuse à vivre. Ils sont propres par nature et très affectueux envers leur propriétaire. Je ne peux pas imaginer ma vie sans eux. » 

Photo: Karen Fasciano

 Le barzoi est peut-être la race qu'il vous faut si :

  • Vous aimez un chien calme, de nature détendue et douce.
  • Vous voulez un chien rapide. Le barzoi peut atteindre des vitesses allant jusqu'à 60 kilomètres à l'heure!
  • Vous disposez d'une cour clôturée et sécurisée.
  • Vous avez de l’espace dans votre maison, votre voiture et votre canapé pour une race de grande taille.
  • Vous comprenez le comportement et la personnalité des chiens de chasse à vue.
 
Le barzoi n'est peut-être pas la race qu'il vous faut si :
  • Vous voulez un chien que vous pouvez emmener partout sans laisse.
  • Vous êtes fermement opposé à la présence de poils de chien sur vos vêtements et vos meubles.
  • Vous ne pouvez pas fournir un espace sûr pour laisser courir un barzoi.
  • Vous n’aimez pas parler à des inconnus. (Partout où vous irez, on vous posera des questions sur votre barzoi).
 
Ce blogue n'aurait pas été possible sans l'aide de Karen Fasciano, membre à vie du CCC. Karen aime et est aimée des barzois depuis 1983. Elle a noué des relations avec des éleveurs dans toute l'Europe (en particulier en France) et a importé des barzois au Canada, ce qui a contribué à donner vie à sa vision de la race. Merci Karen pour votre aide et votre dévouement continu envers le barzoi.


Photos - Karen Fasciano et Neil Trilokekar
 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

 Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is eight > than five? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > December 2021 > Découvrez le barzoi