Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

mailinformation@ckc.ca Telephone 416-675-5511 TelephoneSans frais 1-855-364-7252 location 5397 Eglinton Avenue W.
Bureau 101
Etobicoke (Ontario)
M9C 5K6
hours
lundi à vendredi
9 h à 17 h
HNE
We're open right now! Nous sommes ouverts!

Membership Plus Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Order Desk

Bureau des commandes

Your Club is Here to Help!

Besoin d’aide? Le Club est à votre disposition.

Si vous avez perdu des documents d'enregistrement ou des certificats en raison de circonstances indépendantes de votre volonté (incendies, inondations, etc.), veuillez nous contacter en utilisant l'une des méthodes ci-dessus et nous pourrons vous aider à remplacer vos documents importants.

Découvrez le malamute d’Alaska

janvier 04, 2022
Puissant, fidèle et rigolo!

Construit pour être résistant, le malamute d'Alaska accomplit toujours ses tâches. De sa poitrine profonde à sa grande taille, en passant par son ossature solide et son double poil, cette race est faite pour travailler.

Souvent confondu avec un « gros husky », le malamute d'Alaska est une race différente de type spitz provenant d'une autre partie du monde et il est utilisé pour une tâche similaire mais différente. Alors que les huskies sibériens déplacent rapidement les charges légères, les malamutes d'Alaska déplacent plus lentement les lourdes charges. Pensez au husky sibérien comme une petite voiture sportive et au malamute d'Alaska comme un gros transporteur.1

Le nom du malamute d’Alaska vient des Mahlemiut, peuple inuit qui résidait dans le nord-ouest de l’Alaska.2 La relation entre les deux était essentielle pour rendre possible la vie dans un environnement rude. Le peuple Mahlemiut utilisait leur incroyable capacité à travailler en groupes pour transporter de lourdes charges à faible vitesse sur de longues distances.3 Ils étaient également utilisés pour la chasse dans l'Arctique. Les malamutes d'Alaska pouvaient localiser les phoques sur la glace grâce à leur odorat et aider les chasseurs d'ours en repérant les ours polaires endormis dans leur tanière d'hiver.4 Pendant les brefs mois d'été, ils utilisaient leurs muscles pour porter les sacs de leurs propriétaires.5
 
Pour en savoir plus sur cette race fascinante, j'ai interrogé mon amie Jennifer Remazki. Jennifer et son mari Edmund ont acquis leur premier malamute d'Alaska en 1996 et ont élevé leur première portée en 1998. Ils élèvent sous le préfixe Spiritrun Permanently Registered Alaskan Malamutes et sont des maîtres-éleveurs du CCC.

En grandissant à Toronto, deux voisins de Jennifer avaient des malamutes d'Alaska et, dès son enfance, Jennifer savait qu’un jour elle partagerait sa vie avec cette race. Il est ironique de constater que les deux messieurs qui possédaient les malamutes qui ont tant marqué Jennifer lorsqu'elle était enfant possèdent aujourd'hui des malamutes de Spiritrun!

Jennifer et Edmund n'ont pas débuté en cherchant un chien d'exposition, mais ils ont commencé à participer à des expositions canines et à des événements de travail tels que le traîneau, le sac à dos et les sports de traction avec leur malamute, et une fois qu'ils ont essayé la conformation, il n'y a pas eu de retour en arrière!

Jennifer explique que la personnalité du malamute d'Alaska a été façonnée par l'environnement et le rôle de la race, considérée comme l'une des plus anciennes et des plus grandes races de chiens de traîneau. Le peuple Iñupiat/Inuit était nomade et se déplaçait dans les vastes régions côtières du nord-est de l'Arctique, rencontrant rarement d'autres groupes familiaux. Les chiens malamutes et leur entourage entretenaient une relation symbiotique dont dépendait leur survie dans l'environnement le plus rude. Jennifer ajoute qu'aujourd'hui, cette histoire se traduit par un chien qui vit avec vous et non pour vous. Les malamutes d'Alaska sont très intelligents et des penseurs indépendants qui peuvent ou non être obéissants.

Ils apprennent rapidement les tâches, s'ennuient facilement et inventent leurs propres règles si leur maître ne les comprend pas rapidement. Jennifer dit que les propriétaires de malamutes d'Alaska doivent avoir un bon sens de l'humour car les malamutes sont souvent considérés comme le bouffon de la classe. Observer un malamute d'Alaska lors d'un événement de performance ou d'un cours peut, à un moment donné, vous impressionner par sa majesté et sa dignité, et l'instant d'après, vous faire rire au point de pleurer et d'être frustré. Jennifer conseille aux nouveaux propriétaires de toujours avoir une longueur d'avance sur cette race, car elle est très intelligente. Le malamute d'Alaska doit avoir un tempérament très amical; il doit être « enjoué quand on l’y invite », comme le stipule le standard officiel de la race. Invitez-les à s'engager, et vous serez peut-être accueilli par un tope-là ou un grand saut et un « nettoyage de visage ». De nature orientée vers la meute, ils forment des liens forts avec leur famille mais ne sont pas des chiens d'une seule personne; ils s'attachent facilement à celle qui a les gâteries dans sa poche.

J'adore la page Instagram de Jennifer, @spiritrunmals. Elle est toujours en train de vivre des aventures avec ses chiens. J'ai demandé à Jennifer de décrire la vie avec un malamute d'Alaska et ce qu'il faut savoir avant de s'engager avec cette race. Elle a déclaré : « Ils ont besoin de gens actifs qui aiment le plein air par tous les temps, qui ont un grand sens de la patience et de l'humour, mais qui ont aussi un caractère ferme et juste. Le malamute d'Alaska, très sensible à la hiérarchie de la meute, a besoin d'une direction, d'une structure et d'une cohérence claires. Sans cela il perçoit une opportunité qu’il voudra combler. C'est là qu'un malamute d'Alaska peut montrer des signes de protection des ressources, d'instinct de chasseur, de dominance ou de réactivité. Tout cela peut être géré par une socialisation précoce et un entraînement continu, tant pour les humains que pour le chien. Ils ont besoin de beaucoup d'exercice et de stimulation mentale, sinon ils s'ennuient, ce qui entraîne un comportement destructeur et des hurlements que vos voisins n'apprécieront peut-être pas. Un malamute d'Alaska qui reçoit tout ce dont il a besoin en termes de stimulation sera un compagnon plus détendu et plus affectueux lorsqu'à l'intérieur avec la famille. Un malamute a besoin d'un terrain bien clôturé, sans possibilité d'évasion. Ils sont de grands creuseurs; si vous aimez un jardin bien aménagé, leur idée est plutôt un paysage lunaire, donc donnez-leur leur propre espace pour qu'ils en fassent ce qu'ils veulent. Ils peuvent grimper par-dessus une clôture mais sont plus enclins à creuser en dessous ou à la traverser. Assurez-vous donc qu'ils sont bien sécurisés avant de les laisser sans surveillance pendant de longues périodes. Ils adorent le froid et la neige en hiver, et lorsque les températures sont en dessous de zéro, bonne chance pour convaincre un malamute de rentrer à l'intérieur! »

Jennifer a également expliqué leur comportement avec les enfants. « Cette race est affectueuse envers les enfants lorsqu'elle est correctement socialisée avec eux, idéalement dès le plus jeune âge. Le bon sens veut qu'il s'agisse d'une race grande et puissante, dotée de grosses pattes, d'une grande force et d'une personnalité exubérante, ce qui peut poser des problèmes aux petits enfants ou aux adultes fragiles. Une grosse patte tendue pour une poignée de main peut causer des dommages involontaires à la peau ou faire tomber un enfant. Comme pour toute race, le malamute d'Alaska ne doit jamais être laissé sans surveillance en présence de jeunes enfants. Les accidents peuvent se produire et se produisent, et la faute en revient au chien. Il incombe à l'adulte responsable de veiller à ce que ces situations soient gérées en toute sécurité. »

Le malamute d'Alaska est un animal de meute et est très sensible à la hiérarchie de la meute, ce qui explique qu'il puisse être agressif envers les chiens du même sexe. Ils ont également une forte propension à la chasse. Les malamutes d'Alaska peuvent très bien cohabiter avec des petits chiens ou des chats domestiques s'ils sont élevés et correctement socialisés avec eux dès leur enfance, mais les chats du voisinage, les écureuils, les porcs-épics et autres petites créatures sont des proies faciles, y compris les petits chiens qui courent dans les parcs. Jennifer déclare : « À mon avis, les parcs à chiens sans laisse ne sont pas une bonne idée pour un malamute d'Alaska, en raison des caractéristiques inhérentes à la race. La race compte bien quelques anges, mais ils sont l'exception et non la règle. Un mâle et une femelle vivant ensemble est souvent une formule réussie pour un foyer avec plusieurs chiens. »

Le malamute d'Alaska a besoin de beaucoup d'exercice. Il aime au minimum les promenades et les randonnées quotidiennes. Les propriétaires de malamutes d'Alaska peuvent trouver des sources d'énergie pour cette race active en les inscrivant à des cours d'agilité, en les emmenant en randonnée, en achetant un traîneau à pied, un traîneau à chiens ou une charrette, et en les faisant courir avec un harnais. De nombreux clubs de race locaux organisent des épreuves de trait qu'ils adorent, ainsi que d'autres activités liées à la performance.

Le malamute d'Alaska est une race à double poil dont le poil dur et dense remplit une fonction très importante : protéger les chiens des conditions météorologiques les plus difficiles. Le poil de couverture, ou poil de garde, agit comme une coque en GoreTex, tandis que le sous-poil duveteux assure l'isolation. Lorsque les températures se réchauffent, le sous-poil duveteux se détache. Les cynophiles appellent ce phénomène mue. Pendant cette phase, vous devez continuer à brosser et à peigner le chien quotidiennement, ou utiliser un puissant séchoir (Jennifer recommande de le faire à l'extérieur) pour éliminer les poils détachés. Des visites régulières chez le toiletteur permettent de maintenir la robe du malamute d'Alaska en excellent état et de limiter les moutons de poussière dans la maison. La race n'a pas d'odeur forte, et si le chien est brossé régulièrement et baigné tous les deux mois, les squames peuvent également être réduites. Ils perdent beaucoup de poils lors de la mue; Jennifer conseille donc aux gens de ne pas considérer cette race si cela constitue un signal d'alarme pour un propriétaire potentiel. Le double poil intentionnel ne doit jamais être rasé, sauf en cas de nécessité médicale. L'intégrité de la robe sera compromise pour une très longue période. La tonte d'une race à double poil comme le malamute lorsqu’il fait chaud ne lui permet pas de rester au frais. En fait, cela les rend plus sensibles à la chaleur. Voir ce blogue sur la tonte.

J'ai demandé à Jennifer qui, selon elle, ferait un propriétaire idéal de malamute. « Le malamute d'Alaska est une race difficile pour n'importe quel propriétaire, mais surtout pour le propriétaire d'un premier chien. Cela dit, ce fut ma première race! J'étais une éponge, prête à être encadrée et à apprendre tout ce que je pouvais. Si l'on suppose que cette race ressemblera à un retriever doré ou à une autre race populaire, il y aura un choc. Le propriétaire idéal d’un malamute aime le plein air et un mode de vie actif, et il veut inclure son chien. Il a un grand sens de l'humour et n'exige pas que sa maison et son jardin soient toujours impeccables et prêts à être photographiés pour la une d'un magazine. Il possède la patience, une disposition ferme et juste, et il maintient l'entraînement, la structure et la cohérence, non seulement pour son malamute d'Alaska mais aussi pour ses propres compétences. »

Enfin, j'ai demandé à Jennifer s'il y avait quelque chose qu'elle aimerait que tout le monde apprenne sur le malamute d'Alaska. Elle a répondu : « Ils sont un compagnon extraordinaire. Les clubs de race ont mis en place des programmes de titres de travail pour encourager les éleveurs et les propriétaires à participer avec leurs malamutes à des sports de trait et de traîneau, et à obtenir des titres. Cela favorise un fort sentiment de communauté entre les personnes qui possèdent la race. » Natalie Norris, membre fondatrice de l'Alaskan Malamute Club of America et éleveuse et musher respectée, aurait déclaré :
 
« Le malamute est une race trop fine et distinguée pour être transformée en autre chose que ce que des siècles d'adaptation à son environnement ont produit. Nos efforts doivent viser à élever non seulement de beaux malamutes, mais aussi d'aussi bons spécimens physiques que ceux trouvés à l'origine en Alaska. Il ne s'agit pas d'élever un meilleur malamute, mais un aussi bon malamute d'Alaska. »


Le malamute d’Alaska est peut-être la race qu'il vous faut si :
  • Vous êtes actif et aimez le plein air.
  • Vous appréciez l'hiver et la neige.
  • Vous avez une forte personnalité, un excellent sens de l'humour et vous aimez les défis.
  • Vous vous engagez à entraîner votre chien et à travailler avec lui de manière continue.
  • Vous appréciez une belle sérénade malamute.
 
Le malamute d’Alaska n'est peut-être pas la race qu'il vous faut si :
  • Vous aimez un jardin et une pelouse bien entretenus.
  • Vous détestez les poils de chien sur vos meubles et vos vêtements.
  • Vous avez de très jeunes enfants.
  • Vous devez laisser votre chien seul à la maison pendant de longues périodes.
  • Vous n'avez pas le temps de vous consacrer à l’entraînement, la socialisation, le toilettage ou à l'exercice de cette race robuste.
 
J’ai le plaisir de partager avec vous ces informations sur les malamutes d'Alaska grâce à l'aide de Jennifer Remazki, membre du CCC et éleveuse. Jennifer élève des malamutes d'Alaska depuis 1998 avec son mari Edmund. https://spiritrunmalamutes.ca/
 
 
1 Rover, https://www.rover.com/blog/husky-vs-malamute-whats-the-difference/
2   Beth J. Harris and Maxwell Riddle, The New and Complete Alaskan Malamute (Howell Book House, 1976)
Ibid., Harris & Riddle
4   The Siberian Times, https://siberiantimes.com/science/casestudy/news/sledding-dogs-are-far-older-than-previously-thought-enabling-ancient-man-to-hunt-hibernating-polar-bears/ 
5   Ibid., The Siberian Times


 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

 Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is two < than six? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Janvier 2022 > Découvrez le malamute d’Alaska