Get In Touch

Entrer en contact

General

Général

mailinformation@ckc.ca Telephone 416-675-5511 TelephoneSans frais 1-855-364-7252 location 200 Ronson Drive
Bureau 400
Etobicoke (Ontario)
M9W 5Z9
hours
lundi à vendredi
9 h à 17 h
HNE
We're open right now! Nous sommes ouverts!

Membership Plus Toll Free

Adhésion Plus – sans frais

Order Desk

Bureau des commandes

Your Club is Here to Help!

Besoin d’aide? Le Club est à votre disposition.

Si vous avez perdu des documents d'enregistrement ou des certificats en raison de circonstances indépendantes de votre volonté (incendies, inondations, etc.), veuillez nous contacter en utilisant l'une des méthodes ci-dessus et nous pourrons vous aider à remplacer vos documents importants.

Compte-rendu du livre Borzoi in Canada: The Early Years 1894 - 1954

février 10, 2022


Ce serait formidable si tous les clubs de race au Canada disposaient d'une chercheuse spécialisée comme le fait Borzoi Canada. Judy A. Carleton, historienne primée et éleveuse de barzoïs en Alberta, a consacré près de deux ans à la collecte et à la recherche sur les premières années du barzoï ici au Canada pour compiler Borzoi in Canada: The Early Years 1894 - 1954. Ce qui devait être un article ou deux pour le bulletin de Borzoi Canada s'est transformé en un livre de 200 pages présentant plus de 400 photos de tous les barzoïs enregistrés au Club Canin Canadien de 1894 à 1954, ainsi que des importations et exportations américaines et européennes. Le livre offre également des histoires fascinantes d'éleveurs canadiens d'autrefois et des événements auxquels ils ont participé.




Le livre comprend entre autres les chapitres suivants :  


Histoire du Club Canin Canadien

En tant que fier membre du CCC, j'ai été fasciné d'en apprendre davantage sur nos débuts. Saviez-vous qu'avant la création du Club Canin Canadien, le Dominion of Canada Kennel Club avait été créé en 1882? Le club n'a pas réussi à créer un registre national et n'a pas survécu. Ensuite, les cynophiles canadiens ont rejoint l'American Kennel Club et les clubs canadiens représentaient trois des treize premiers clubs de l'American Kennel Club. J’imagine que les conflits internes au sein d'un club canin ne sont pas une nouveauté car en 1886, les membres canadiens se sont retirés de l'AKC et ont fini par former leur propre organisme directeur national deux ans plus tard.

Fait amusant : le premier siège social du Club Canin Canadien ne se trouvait PAS dans la région du Grand Toronto!

D'autres faits anciens du CCC que j'ai trouvés intéressants; bien que les femmes n’étaient pas explicitement interdites en tant que membres, aucune présence féminine n'a été enregistrée avant 1910. Au début, le club était presque exclusivement composé d'Ontariens (principalement de Toronto) et les droits d'adhésion annuels étaient de 2 $, ce qui incluait les abonnements au livre des origines annuel et à la « Kennel Gazette » mensuelle.


Expositions

J'ai beaucoup aimé lire non seulement les articles sur les expositions qui ont eu lieu, mais aussi les commentaires, les compliments et les critiques sur les événements et les chiens qui y ont participé. Même à cette époque, cent ans passés, les participants aux événements ne se privaient pas de faire des éloges ou de se plaindre des expositions et des juges! J'ai apprécié lire que des expositions canines avaient lieu dans le centre-ville animé de Toronto, comme j'aimerais qu'il y en ait davantage de nos jours pour attirer les passants et permettre au grand public de voir des chiens de race provenant de bons élevages.


Histoire du rôle du barzoï

Parce que j'ai un peu étudié le barzoï et que j'ai récemment écrit un blogue sur la race, je connais un peu l'histoire du barzoï et de la chasse au loup. La chasse au loup était en Russie ce que la chasse au renard était en Angleterre et la noblesse russe se réjouissait de chasser avec des meutes de barzoï. J'ai été surpris d'apprendre qu'à son arrivée au Canada, le barzoï était utilisé par les agriculteurs pour débarrasser leurs terres d'autres prédateurs de bétail. Avez-vous déjà entendu parler de la contribution des barzoïs au sport de chiens de traîneau? Le livre explique aussi en détail comment les barzoïs ont été utilisés dans des programmes d'élevage qui ont permis de créer des races utilisées pendant la ruée vers l'or du Klondike, et qui ont remporté le Grand Prix de Banff!


Le barzoï au Canada

Dans les chapitres suivants, Carleton dresse la liste des premiers barzoïs installés dans huit provinces du Canada, année par année (certaines provinces et territoires n'ont aucune trace de la présence de la race durant cette période). Les paragraphes couvrent chronologiquement les importations, les portées nées au Canada, les expositions ainsi que des histoires intéressantes de barzoïs et leurs multiples activités, allant de l'apparition avec des mannequins dans des publicités de magazines au sauvetage des résidents d'une maison en flammes.

Les photos historiques sont remarquables et beaucoup sont d’une clarté exceptionnelle. Les présentations d'éleveurs et les publicités sont tout aussi fascinantes et il est amusant de voir les divers coûts qui figurent dans les publicités.

En conclusion, il s'agit d'un ouvrage indispensable pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire du barzoï canadien, en particulier les éleveurs et les propriétaires de ces magnifiques chiens, ainsi que les juges et les amateurs de chiens de chasse à vue.
Ces histoires, articles et images donnent véritablement vie aux pedigrees historiques.


Commandez votre exemplaire ici : http://borzoicanada.ca/historybook.php

 

A propos de l'autrice

L'ouvrage est compilé par l'éleveuse de barzoï Judy A. Carleton, de l'Alberta. Judy a acheté son premier barzoï d'exposition il y a plus de 40 ans. Elle possédait le premier barzoï canadien à obtenir un triple titre, et c’est le sujet utilisé pour sa première portée sous le nom de chenil Elista. Borzoi in Canada combine parfaitement l'amour de Judy pour les animaux et l'histoire. Judy était technicienne en santé animale et propriétaire d’une pension pour chiens avant de fonder la Blackflads Historical Society en 2005, et elle a remporté plusieurs prix pour ses projets sur l'histoire locale.




 

The opinions expressed by authors on the Canadian Kennel Club Blog and those providing comments are theirs alone, and do not reflect the opinions of the Canadian Kennel Club or any of its employees.

Les opinions et les commentaires exprimés dans le blogue du Club Canin Canadien sont ceux des auteurs et ils ne reflètent pas les opinions du Club Canin Canadien ni de ses employés.

Author InformationInformation sur l’auteur

 Ian Lynch

Ian Lynch


Ian Lynch est un comédien, une personnalité des ondes et un membre du Club Canin Canadien.

Share this ArticlePartagez l’article

 
instagram logo
Comments
Blog post currently doesn't have any comments.
  Is three > than three? (true/false) (please enter the answer to the question or statement)

Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article > Previous Post >Prochain article >


AccueilHome > Le courrier canin > Février 2022 > Compte-rendu du livre Borzoi in Canada: The Early Years 1894 - 1954